Omnisports

BRUXELLES Le sport belge a été marqué de tout temps par l'éclosion de purs talents...

Eddy Merckx

A lui seul, Eddy Merckx truste une bonne partie de la gloire dont a bénéficié et bénéficie encore la Belgique. Quintuple vainqueur du Tour de France et du Giro, quadruple champion du monde (une fois chez les amateurs, trois fois chez les professionnels), il a pratiquement remporté toutes les courses figurant au calendrier cycliste. De tous ses exploits, le plus spectaculaire n'est-il pas ces 525 victoires sur 1800 courses disputées? Pratiquement un succès sur trois. Merckx a connu des saisons où sa moisson atteignait 45 pc de réussite, comme en 1971, lorsqu'il a enlevé 54 épreuves sur 120!

Sur le plan strictement athlétique, le champion considère lui- même que l'exploit signé dans l'étape du Tour d'Italie 1968 fut le plus beau. Disputée dans des conditions climatiques désastreuses, cette manche de haute montagne s'achevant au Tre Cime di Lavaredo lui permit d'effectuer une remontée étonnante. Il récupéra un à un tous les coureurs qui comptaient plusieurs minutes d'avance au pied de l'ascension finale et distança très nettement ses rivaux directs. A côté de cet exploit, on place volontiers son raid victorieux et solitaire dans l'étape des Pyrénées menant à Mourenx-Ville-Nouvelle lors du Tour de 1969. Eddy s'était dégagé au sommet du Tourmalet. Malgré les 140km qu'il lui restait à parcourir, dont l'ascension de l'Aubisque, il se débarrassa de tous ses adversaires, terminant à Mourenx avec près de huit minutes d'avance sur ses premiers poursuivants.

Au niveau de ses victoires, c'est ce Tour de France de 1969 qui garde sa préférence. «C'était un rêve de gosse qui se réalisait », se souvient-il. C'était aussi, pour la Belgique, la fin de trente longues années de disette. Cette victoire provoqua une explosion de joie dans notre pays. Outre les milliers de Belges qui étaient descendus à Paris pour accueillir Merckx au vélodrome de Vincennes, plus nombreux encore furent ceux qui lui firent la fête sur la Grand-Place de Bruxelles. Tous ceux qui ont vibré au rythme de ses victoires gardent du champion un souvenir inoubliable...

Jacky Ickx

Né le 1er janvier 1945, Jacky Ickx fut remarqué par Ken Tyrell, qui lui offrit un volant de Formule 3. Il fut champion d'Europe de Formule 2, en 1967, et c'est au cours de cette année qu'il entama sa carrière en Formule 1, sur Matra et Cooper. Après deux courses et un point obtenu d'entrée de jeu, il fut engagé chez Ferrari, pour qui il remporta six victoires, et deux chez Brabham. Deux fois vice-champion du monde, il fut, en 1970, le meilleur pilote en vie puisque le titre fut accordé, à titre posthume, à Jochen Rindt. En F 1, il disputa 116 GP, pour neuf marques différentes!

Parmi d'innombrables succès dans les courses d'endurance, ce sont ses six succès au Mans - record inégalé - qui en firent une star sportive de niveau mondial. Ickx l'emporta pour la première fois en 1969, sur Ford, puis en 1975 sur Gulf Mirage, en 1976 sur une Porsche 936 et en 1977 sur une Porsche 936. Il remonta sur la plus haute marche du podium en 1981, sur une 936, et en 82 sur une 956.

Les Diables Rouges

Arrivé après Raymond Goethals, Guy Thys fut l'entraîneur de l'équipe nationale qui réussit les plus beaux exploits. Le plus étonnant d'entre eux se situa en Italie, en 1980. Au premier match de l'Euro, les Belges réussirent un match nul contre l'Angleterre (1-1), ensuite une victoire sur l'Espagne 2-1 et un match nul (0-0) obtenu face à l'équipe locale. Les Diables affrontèrent l'Allemagne en finale à Rome. Ils ne perdirent que 2-1, Horst Hrubesch inscrivant le but de la victoire à deux minutes de la fin. Les années d'or débutaient pour notre équipe nationale... et se concrétisèrent par une quatrième place au Mondial 1986. Au Mexique, les Belges perdirent le premier match face à l'équipe locale par 2-1. Ils l'emportèrent ensuite sur le même score face à l'Irak. Un match nul (2-2) s'ensuivit face au Paraguay. Ensuite, les Belges éliminèrent la Russie de Belanov (4-3), et en quarts de finale l'Espagne aux tirs au but. Les Belges en demi-finales de la Coupe du Monde, cela reste le plus bel exploit de leur histoire et personne ne leur en a voulu de s'incliner, à ce niveau, devant l'Argentine d'un gigantesque Maradona.

Justine Henin-Hardenne

Justine Henin-Hardenne a, comme vous le savez, marché dans les pas de ses glorieux anciens. Elle est devenue la première joueuse belge à remporter un tournoi du Grand Chelem. Kim Clijsters et Justine, deuxième et troisième mondiales, nous promettent encore d'autres exploits...

© Les Sports 2003