Omnisports Les internautes et des médias chinois se mobilisaient mercredi pour défendre la jeune Chinoise Ye Shiwen, gagnante du 400 m 4 nages et du 200 m 4 nages aux Jeux olympiques de Londres, rejetant en bloc les soupçons de dopage dont elle est l'objet.

"Pourquoi donc la natation chinoise ne pourrait-elle pas être talentueuse? Ye Shiwen est la fierté de la Chine. Et elle nage à l'eau claire", a écrit Wu Yue, un des très nombreux contributeurs du service de microblogs Weibo, l'équivalent chinois de Twitter.

L'Américain John Leonard, directeur exécutif de l'Association internationale des entraîneurs de natation (World Swimming Coaches Association/WSCA), a qualifié de "suspecte" la victoire samedi de Melle Ye, 16 ans. La jeune fille a effacé de 1 sec 02/100 le record du monde de la spécialité, détenu par l'Australienne Stephanie Rice.

La polémique a ensuite enflé, alimentée par le lourd historique de la natation chinoise en matière de dopage. L'affaire Ye Shiwen s'est imposée mercredi en tête des sujets les plus débattus sur la Toile chinoise, avec plus de 2,6 millions de commentaires sur Weibo.

Dans un éditorial mercredi, le journal Global Times, connu pour son patriotisme, a aussi accusé l'Occident d'être partial et "mesquin". "Si Ye était américaine, le ton serait différent", a jugé le quotidien.

Ye Shiwen a elle-même défendu sa performance. "Il n'y a pas de problème de dopage, l'équipe chinoise a une politique ferme", a déclaré la nageuse.