Omnisports

Richard Mac Clintock est fonctionnaire au ministère français de la Justice. Le poste de DTN n’est donc qu’une activité complémentaire. Il est vrai qu’une Fédération « amateure » peut difficilement se permettre de payer un staff à temps plein : « Avant le match face à l’Argentine, je suis allé mettre des panneaux dans le stade. C’est ça qui est plaisant, je touche un peu à tout », explique le DTN.

Quand il a repris l’équipe, le rugby en Belgique était méconnu voire inconnu. Son côté un peu latin lui permet d’être proche de ses joueurs et de faire progresser cette équipe. Le constat est flagrant : « On est passé de 50 spectateurs à 15000 le 25 août dernier. L’équipe tourne à une moyenne de 75% de victoires depuis trois ans », raconte Richard Mac Clintock. Une autre constatation : si l’équipe nationale est le TGV en Belgique, les clubs belges peuvent être comparés à une locomotive à vapeur : « Dans les vingt-six joueurs que j’ai sélectionnés pour le tournoi amateur des Six Nations (ndlr : disputé en France du 5 au 14 septembre. La Belgique affrontait l’équipe de France amateur, l’équipe de la Défense française et l’Espagne), il n’y a qu’un tiers qui joue dans le championnat belge », se désole Richard.

Pauvre championnat belge mais le DTN ne veut pas forcément d’un certain professionnalisme : « Le professionnalisme, ça uniformalise le rugby. Mais le rugby ce n’est pas ça. Ce sont des valeurs qui sont véhiculées à travers le jeu. Avant, dans le même match vous aviez des juges qui affrontaient de futurs condamnés », explique-t-il.

Rugby : sport n° 1 en Belgique

Les 15000 spectateurs au Stade Roi Baudouin montrent le potentiel de public en Belgique. La couverture médiatique est plus grosse. Richard Mac Clintock a beaucoup d’ambition pour ce sport en Belgique : « L’ambition c’est de faire du rugby le sport n°1 en Belgique. On observe déjà un boom de 15 à 20% dans le nombre d’affiliations aux clubs. La Coupe du Monde en France fait beaucoup de publicités et ça a beaucoup de retombées chez nous ».

La promotion du match face à l’Argentine n’a pu vraiment commencer qu’un mois et demi avant le match. La Fédération a annoncé qu’il y aurait un match de gala chaque année. Richard Mac Clintock confirme : « L’année prochaine, on affronte normalement l’Irlande. Je suis sûr qu’on peut remplir le stade en faisant la promotion assez tôt. Avec Ryanair, les Irlandais vont débarquer par milliers. Dans deux ou trois ans, je suis persuadé qu’on joue la Nouvelle-Zélande ».

En voilà un qui n’a peur de rien.