Omnisports

Ce lundi, les quatre membres des Belgian Tornados qui n’étaient pas encore présents à Londres (Dylan Borlée, Julien Watrin, Robin Vanderbemden et Jonathan Sacoor) sont arrivés dans la capitale britannique et ont rejoint les quartiers de la délégation belge.

Où ils ont appris que Kevin Borlée était tombé malade après la demi-finale du 400 m, victime d’un virus gastro-intestinal pendant la nuit. Son frère et lui ont été isolés de la délégation et n’ont donc pas participé à la réception organisée en l’honneur de Nafi Thiam.

Toutes les précautions ont également été prises afin de ne pas contaminer les autres membres de la délégation, dont certains doivent entrer en lice dans les prochaines heures. Les Belgian Tornados, eux, seront à pied d’oeuvre ce samedi. En espérant pouvoir compter sur leur capitaine !


Pas le seul...

Les seizièmes championnats du monde d'athlétisme de Londres connaissent un épisode de gastroentérites dont plus d'une dizaine d'athlètes sont victimes, a confirmé lundi la fédération internationale d'athlétisme (IAAF). Outre Kevin Borlée, la victime la plus connue de cette "tourista" est le Botswanais Isaac Makwala. Il a été contraint de renoncer à participer aux séries du 200 m lundi soir. Une épreuve dont il était le meilleur performeur mondial de l'année en 19.77 secondes. Makwala doit en principe disputer ce mardi soir la finale du 400 m dont il est, là aussi, un des favoris. Il avait remporté la 3e demi-finale dimanche soir en 44.30 secondes.

De nombreux des athlètes canadiens, on évoque la moitié d'entre eux, sont aussi affectés par les mêmes maux. L'Irlandais Thomas Barr a lui aussi dû déclarer forfait avant sa demi-finale du 400 m haies, lundi soir.

Canadiens et Irlandais logent dans le même hôtel londonien qui n'est pas celui de l'équipe belge.

L'IAAF et les instances sanitaires anglaises ont pris des mesures afin d'essayer d'endiguer la propagation de cet empoisonnement alimentaire qui se traduit par les vomissements et des diarrhées.