Omnisports

On a appris le décès survenu samedi à l'âge de 91 ans, de l'ancien brillant pilote automobile belge Paul Frère, vainqueur des 24 heures du Mans avec Olivier Gendebien sur Ferrari en 1960, après avoir déjà échoué deux fois à la seconde place en 1955 et 1959. Il a aussi notamment remporté les 12 Heures de Reims avec Gendebien en 1957 et 1958.

Né au Havre, en France, le 30 janvier 1917, Paul Frère a disputé onze Grand Prix de Formule 1, entre 1952 et 1956, terminant deuxième, également sur Ferrari, derrière l'Anglais Peter Collins (Ferrari), du Grand Prix de Belgique à Francorchamps en 1956. Il avait bouclé le championnat des conducteurs en 7-ème position avec 6 points cette année là. Le titre était revenu au célèbre Argentin Juan Manuel Fangio (30 points). A son actif également, une victoire en F2 au GP d'Afrique du Sud (1960). La nouvelle de son dècès figurait samedi dans les éditions en ligne des quotidiens La Dernière heure - Les Sports et Le Soir.

Champion de Belgique des conducteurs, et médaille d'argent du Mérite Sportif 1955, Paul Frère a également tâté avec succès de l'aviron, récoltant trois titres nationaux en quatre sans barreur (1946 et 1947) et avec barreur en 1946, sous les couleurs du Sport Nautique Universitaire de Bruxelles. Ingénieur en automobile, il brilla avec sa plume dans les chroniques de revues spécialisées, et était consultant des plus grands constructeurs mondiaux.

Il n'avait pratiquement rien perdu de ses qualités de pilote à... 87 ans, et le prouva au Mans en réalisant des chronos du plus haut niveau au volant de l'Audi S8, dans laquelle il roulait pour la première fois, et qui allait remporter la course avec le trio Biela - Kristensen - Pirro. Il ne s'est cependant jamais vraiment remis d'un grave accident au Nurbürgring il y a quelques mois.