Omnisports

Le Brésilien Rodrigo Pessoa, dont le cheval Rufus avait été contrôlé positif à la nonivamide lors des jeux Olympiques 2008, s'est déclaré vendredi "très surpris" par la suspension de quatre mois et demi que lui a infligée début octobre la Fédération équestre internationale (FEI).

"Je suis très surpris par cette sanction que je considère comme injuste car il n'y a pas eu dopage. En outre, c'est une condamnation +pour l'exemple+ car la FEI se sert de ma notoriété. Je suis un bouc-émissaire", a expliqué Pessoa lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Le cavalier, établi à Ligny en Belgique, a affirmé qu'il ignorait ce qu'était la nonivamide avant que son cheval soit contrôlé et il s'est dit "persuadé que Rufus a été contaminé par une source extérieure".

Suspendu 135 jours depuis le 29 août, Pessoa, champion olympique de saut d'obstacles en 2004, est également déchu de sa 5e place des Jeux-2008, dont les épreuves équestres ont eu lieu à Hong Kong. Il devra s'acquitter d'une amende de 2.000 francs suisses (1.285 euros).

Il dispose de 30 jours pour faire appel de la décision - officialisée par la FEI le 4 octobre dernier - devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). "Si je fais appel, ce sera sans doute devant un tribunal civil car le TAS revient rarement sur la décision d'une fédération", a indiqué le Brésilien.

La nonivamide est considérée à la fois comme produit dopant en raison de ses propriétés hypersensibilisantes quand le cheval touche une barre -ce qui n'a pas été démontré dans le cas de Rufus- et un médicament de la classe A interdit pour ses propriétés anti-douleurs.