Omnisports Tout débute dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août derniers aux environs de 4 heures du matin.

Pierre-Ambroise Bosse est revenu sur ses terres, en Gironde. Depuis son titre de champion du monde du 800 mètres, l'athlète n'a pas encore véritablement pris le temps de fêter son titre avec ses proches. De ce fait, il décide de débuter la soirée au casino de Gujan-Mestras avant de rejoindre une boîte de nuit située à deux pas de celui-ci. "Dans la boite, je suis reconnu. Je mesure ma popularité nouvelle, les gens, les filles, toutes sortes d’admirateurs veulent faire des selfies. On discute, on bavarde, on chambre, tout est parfait mais, à mesure que la soirée avance, la pression autour de moi monte de façon assez flippante. On me bouscule, on me tiraille, on me chahute, on exige de moi. Ça devient un peu lourd, désagréable, je décide de partir", raconte le jeune homme de 25 ans au magazine français VSD.

Le néo-champion du monde de sa discipline décide donc de rejoindre sa voiture afin de rentrer chez lui. "Le temps d’ouvrir la portière, de mettre le contact, un petit groupe m’a rejoint et entoure la bagnole. Personne n’est vraiment agressif, tout le monde est sans doute un peu bourré. En tout cas, ils m’empêchent de partir. Je baisse la vitre. Je vanne gentiment et j’enclenche la première. La voiture commence à rouler tout doucement et là… je me prends une vilaine claque en pleine figure. J’ai laissé la vitre ouverte. Je sors, parce que quand même il y a des limites, et je me prends un direct monumental. Je tombe, sonné, je vois des pieds me frapper au visage, une avalanche de coups de pied, un truc de malade. Je m’évanouis."

A son réveil, Pierre-Ambroise Bosse a "la gueule en sang", personne n'a appelé les secours. Une connaissance à lui finira par le conduire aux urgences. Bilan: "Pas de lésions cérébrales mais une double fracture faciale: maxillaire et pommette. De nombreuses contusions, des hématomes et la tronche comme dans un étau."

La photo prise par l'athlète à l'hôpital en dit long sur la violence de l'agression.