Omnisports

Avec sept vainqueurs différents en huit spéciales, la première étape du Rallye d'Australie a été très disputée. 

Et a fait deux victimes dans le camp Hyundai, Andreas Mikkelsen (sortie) et... Thierry Neuville relégué au 10e rang après avoir déjanté à la réception d'un jump.

Avec le phénomène de balayage et une trajectoire se nettoyant au fil des passages, la position sur la route a eu une importance capitale lors de la première étape du Rallye d'Australie.

Contraint de faire la trace en raison de son leadership au championnat, Sébastien Ogier a dégusté. Le quintuple champion du monde pointait au dixième et dernier rang avant de profiter des ennuis de son rival Thierry Neuville et du sacrifice de ses deux équipiers Teemu Suninen et Elfyn Evans pour remonter de trois rangs et reprendre la tête virtuelle du championnat du monde.

Dernier des pilotes officiels à s'élancer, Mads Ostberg a pris la tête de l'épreuve en signant le scratch dans l'ES3, le pilote Citroën ne commettant ensuite aucune erreur pour rentrer à Coffs Harbour à la fin de la première étape avec une avance de 6.8 sur son équipier Craig Breen (aussi un meilleur temps à mettre à l'actif de l'Irlandais).

Partis en trombe, les pilotes Toyota ont ensuite connu quelques contre-temps. Esapekka Lappi a calé et perdu une vingtaine de secondes après un gué traversé un peu trop vite, tandis que Ott Tanak a disputé la moitié de la deuxième boucle sans aileron avant et arrière. L'Estonien est le seul à avoir signé deux meilleurs temps pour un seul à chacun de ses deux équipiers, le mieux placé étant actuellement Jari-Matti Latvala 3e à 8.7 du leader norvégien.

Hayden Paddon est le seul pilote Hyundai à n'avoir rencontré aucun souci aujourd'hui après l'abandon d'Andreas Mikkelsen, sorti de la route dans l'ES3, et la bonne cinquantaine de secondes perdue par Thierry Neuville, victime d'un pneu déjanté à la réception d'un jump dans l'ES6. Relégué au 10e rang, notre compatriote aura pour objectif samedi de tenter de remonter sur Seb Ogier, trente-trois secondes devant lui. S'il n'y parvient pas, il pourra dire adieu au titre mondial auquel veut encore croire Ott Tanak, cinquième à 16.9 du leader. Mais les deux doivent espérer un souci pour le Français, actuellement septième à 38.2. Une position suffisante pour l'assurer d'un sixième titre mondial.