Omnisports La maman de Nafissatou Thiam porte un regard fier sur l’évolution de la carrière de sa fille.

En ce mercredi matin, un calme absolu règne dans la campagne namuroise. Dans la maison familiale de Rhisnes, Danièle Denisty, la maman de Nafi Thiam, nous attend pour une heure d’interview à bâtons rompus. Au centre de la discussion, bien sûr, la carrière d’une jeune athlète de 23 ans dont les trophées et autres médailles s’accumulent et rempliront bientôt le bureau entier.

Danièle Denisty, Nafi vient de réussir brillamment ce qu’on appelle l’année de la confirmation, la plus difficile. Comme l’avez-vous vécue ?

"Après avoir été confrontée à des problèmes physiques l’an dernier, c’est moralement que ce fut plus difficile pour elle cette saison. Le fait d’avoir gagné le titre olympique lui a conféré une notoriété qui n’aurait pas été semblable si elle avait d’abord remporté le titre mondial. Même les gens ne s’intéressant pas à l’athlétisme ont entendu parler d’elle, cela lui a mis vraiment beaucoup de pression. La bonne nouvelle, c’est qu’elle arrive à gérer cette pression. Elle est jeune et elle vient d’enchaîner avec succès deux étés et un hiver, mais c’est sûr qu’à un moment donné, ça va être moins bon."

Redoutez-vous ce moment ?

"Non, pas du tout. Je pense qu’elle-même s’y attend, et s’y était préparée dès le début de cette année postolympique toujours un peu difficile. Personne ne buvant de l’eau claire ne reste au sommet éternellement. Mais je ne sais pas si les gens qui suivent ça de loin en ont conscience. Comme ce n’est pas toujours gai d’entendre ce genre de remarques quand cela va moins bien, on prépare un peu le terrain."

À Londres, Nafi a beaucoup parlé de pression, des attentes reposant sur elle.

(...)