Sept athlètes camerounais font défection à Londres

BELGA Publié le - Mis à jour le

Omnisports

Sept athlètes camerounais - cinq boxeurs, un nageur et une footballeuse - ont "fait défection" aux Jeux Olympiques à Londres, a indiqué le quotidien d'Etat Cameroon Tribune sur son site internet mardi, citant le chef de la mission de la délégation camerounaise aux JO.

Lors d'une réunion présidée dimanche par le ministre camerounais des Sports, Adoum Garoua, le chef de mission de la délégation camerounaise aux JO, "David Ojong a révélé que des 60 athlètes et fonctionnaires de (cette délégation), 28 sont rentrés au Cameroun, 24 sont toujours dans le village (olympique) et sept ont fait défection", rapporte le journal.

Aucun responsable au ministère camerounais des Sports à Yaoundé n'a souhaité s'exprimer sur cette affaire et aucune explication n'a été fournie sur les raisons de la défection des athlètes camerounais.

Selon un responsable de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), interrogé par l'AFP, la première sportive de la délégation camerounaise à s'enfuir le 2 juillet dernier était "une joueuse de football".

"Cette joueuse se nomme Drusille Ngako (gardienne réserviste de l'équipe nationale féminine de football). Elle faisait partie des 22 joueuses présélectionnées pour participer aux Jeux Olympiques (...). Elle n'avait pas été retenue dans la sélection. Nous ne savons pas pourquoi elle ainsi que trois autres joueuses (recalées) ont accompagné les Lionnes (équipe nationale de football) à Londres", a-t-il dit.

Depuis le début des Jeux Olympiques, le Cameroun n'a remporté aucune médaille. Seuls deux de ses athlètes restaient encore en compétition mardi soir.

Les Camerounais peuvent rester jusqu'en novembre

Les sept athlètes ont des visas qui leur permettent de rester en Grande-Bretagne trois mois, ont annoncé mercredi les organisateurs des JO de Londres (LOCOG). "Ils sont déclarés comme manquants mais disposent de visas qui leur permettent de rester dans le pays jusqu'en novembre", a précisé Jackie Brock-Doyle directrice de la communication du LOCOG.

La gardienne de but de football remplaçante s'était enfuie dès le 2 juillet, avant les Jeux, les six autres ont disparu ce week-end peu avant leur retour prévu en Afrique. "Jusqu'à ce qu'ils ne respectent plus leurs droits d'être ici, il est très difficile de faire quoi que ce soit", a conclu Brock-Doyle.

Publicité clickBoxBanner