Omnisports

Septième succès mondial pour le Belge comptant désormais onze points d'avance sur Sébastien Ogier

Il l'a fait ! Avantagé vendredi par sa cinquième position sur la route suite à sa bêtise monégasque, Thierry Neuville a profité de l'occasion pour larguer ses principaux rivaux pour le championnat. En parfait gestionnaire, le pilote Hyundai a dosé son effort et cette fois signé un convaincant sans faute pour s'imposer en début d'après-midi avec une avance de 19.8 secondes sur le pilote Citroën Craig Breen, son équipier Andreas Mikkelsen complétant le tiercé à 28.3 et permettant à l'écurie coréenne de réaliser un carton plein et de prendre la tête du championnat du monde des constructeurs.

Aujourd'hui encore, Thierry et Nicolas ont bien contrôlé la situation, leur avantage et leurs clous. Ils sont les troisièmes non-nordiques seulement à réussir l'exploit de gagner sur un vrai Rallye de Suède après Sébastien Loeb (2004) et Sébastien Ogier (2013, 2015 et 2016).

Après la Finlande l'an dernier, notre compatriote avait déjà partagé la tête du Championnat du Monde avec Sébastien Ogier. C'est la première fois de sa carrière qu'il se retrouve seul en tête. Avec un bel avantage de onze unités qu'il va aussi falloir gérer. Dès le Mexique où il aura la lourde tâche de devoir balayer. « Chacun son tour, » sourit-il. « Oui là-bas, avec la poussière, c'est pénalisant. Mais c'est le jeu et le règlement. On essayera de perdre le moins possible le premier jour. Ouvrir sur la terre sera quelque chose de nouveau pour nous. »

Après une Brabançonne sous les flocons, Thierry affichait un large sourire : « On méritait la victoire l'an dernier, mais encore plus cette année. Toute l'équipe a fait un super boulot. Merci à tous. »

Derrière un paquet d'outsiders avec Esapekka Lappi coiffant sur le fil Hayden Paddon pour la 4ème place et Mads Ostberg 6ème, Jari-Matti Latvala est le candidat au titre limitant le mieux les dégâts face à Neuville. Septième le Finlandais, vainqueur ici en 2017, ne score toutefois que six points.

A nouveau le plus rapide des pilotes Toyota, Ott Tanak a payé cher sa 2ème position sur la route et une faute en rattrapant Kris Meeke en spéciale. En essayant de doubler la Citroën dans un passage étroit, l'Estonien est resté planté deux minutes.

Enfin le plus grand perdant du week-end est bien entendu Sébastien Ogier qui a payé cher sa victoire au Monte-Carlo. Les chutes de neige ont aggravé sa situation. Ouvreur vendredi, le pilote Ford n'avait aucune chance. Il occupe désormais la deuxième place du championnat. « Un week-end frustrant à oublier au plus vite, » a déclaré le Gapençais qui a rusé et pris volontairement un maximum de pénalité avant la dernière spéciale pour s'élancer juste derrière Thierry Neuville et empocher les quatre points bonus de la 2ème place dans la Power Stage. Une stratégie qui risque de faire jaser et couler beaucoup d'encre et de salive. Sa manière à lui de montrer qu'à conditins de routes égales, il aurait pu jouer la victoire. « Je ne pouvais vraiment rien faire. C'est navrant. Seul point positif à retenir c'est que ce ne sera plus à moi à balayer au Mexique.»

Voilà qui devrait sans doute l'aider à lutter face à son compatriote Sébastien Loeb de retour sur une C3 WRC avec une position sur la route idéale...