Omnisports

Anand champion

du monde d'échecs

L'Indien Vishwanathan Anand a remporté dimanche à Téhéran le titre de champion du monde de la Fédération internationale des échecs (FIDE) en gagnant une partie décisive contre son rival espagnol Alexei Chirov. Vishwanathan Anand, 31 ans, s'est imposé lors de la 4e partie. Au terme de cette partie, le joueur indien mène au score par 3,5 points contre 0,5 point pour Alexei Chirov, 28 ans. Selon les organisateurs de la finale du championnat du monde de la FIDE, le titre sera remis officiellement mercredi à M.Anand et les 2 dernières parties prévues avec M.Chirov ont été annulées. Ce championnat d'échecs, le premier à être organisé en Iran depuis la Révolution islamique de 1979, devait durer au départ jusqu'à mardi. Cette compétition est le championnat du monde d'échecs officiel par opposition à celui, officieux, qui a vu début novembre, la victoire du Russe Vladimir Kramnik sur son compatriote Garry Kasparov, numéro un mondial incontesté pendant quinze ans de 1985 à 2000. Anand succède au palmarès de la FIDE au champion sortant, le Russe Alexander Khalifman, battu lors des éliminatoires récemment disputées à New Delhi. Ces éliminatoires avaient vu la qualification d'Anand et de Chirov pour la finale du championnat du monde de Téhéran. L'organisation de deux championnats du monde d'échecs est la conséquence de la rébellion de Kasparov en 1993 contre la FIDE et son président de l'époque, le Philippin Florencio Campomanés. Kasparov a défendu à deux reprises victorieusement sa couronne mondiale contre le Britannique Nigel Short, puis contre Anand, sous l'égide d'une Association professionnelle des échecs (PCA) créée par lui-même, avant de s'incliner, début novembre 2000 contre son disciple Kramnik. L'hégémonie de Kasparov était telle que le championnat du monde de la FIDE a longtemps été considéré par les experts comme dévalué par rapport à celui organisé par l'Ogre de Bakou (surnom de Kasparov). Le précédent champion du monde de la FIDE, Alexander Khalifman, n'était classé que parmi les cinquante meilleurs joueurs mondiaux. Toutefois, la finale de Téhéran a opposé deux joueurs, Anand et Chirov, de la taille de Kasparov et Kramnik. Elle permet à la FIDE de retrouver une légitimité et d'envisager, une fois l'Ogre de Bakou déchu, une réunification du titre entre Kramnik et le vainqueur de ce duel. Voici deux ans, Chirov, un Letton naturalisé espagnol, avait précisément battu Kramnik en Espagne pour obtenir le droit de défier Kasparov pour le titre mondial officieux, mais cette rencontre n'avait jamais vu le jour, faute de parrainage. (AFP)

© La Libre Belgique 2000