Omnisports

Usain Bolt n'a pas remporté son 4e titre mondial sur 100m, samedi soir aux Mondiaux de Londres. Il a terminé 3e de la finale, malgré son meilleur chrono (égalé) de la saison (9.95). Le Jamaïcain, qui courait la dernière course individuelle de sa carrière, a été devancé par les Américains Justin Gatlin (9.92) et Christian Coleman (9.94).

"Mon départ m'a tué", a reconnu Bolt pour expliquer sa défaite. Son temps de réaction 0.183 seconde était en effet bien loin des 0.123 de Coleman et des 0.132 de Gatlin. "Normalement, je deviens meilleur au fil des tours, mais je ne suis pas parvenu à tout mettre en place. Mon départ a été un souci toute la semaine. Quand je suis sorti des blocks. Oooch. Je savais que cela allait être difficile."

"C'était dur. Un peu stressant" a-t-il ajouté à propos de la dernière course de sa carrière. "Je suis venu ici comme dans tous les autres championnats et j'ai donné le meilleur de moi-même. Merci pour le soutien. Je ne pouvais pas espérer ceci d'un autre public. Il m'a poussé à donner le meilleur de moi-même."

"Je n'ai aucun regret et certainement pas celui de ne pas courir le 200 m. Cela aurait probablement été pire. Je ne suis pas en forme pour courir le 200 mètres."

"L'ambiance était sensationnelle ici à Londres. Je suis juste déçu de ne pas avoir réussi à faire mieux pour les spectateurs. Mais cela arrive parfois (rarement en ce qui le concerne, ndlr). Le soutien que j'ai reçu a été exceptionnel tout au long des années."

"Maintenant, je veux vivre normalement, faire ce que je veux. J'ai hâte d'en profiter."

Interrogé sur son vainqueur Gatlin, qui traîne derrière lui sa réputation d'athlète dopé, Usain Bolt a estimé qu'il "était un athlète comme un autre. Il a payé (il a purgé sa suspension) et donc il a le droit d'être là. Il a travaillé dur. C'est un grand athlète. Ce fut mon plus redoutable adversaire au fil des années."

Maigre consolation pour le Jamaïcain, en remportant cette médaille de bronze, la première de sa carrière en championnats du monde, il porte son total à 14 et rejoint sa compatriote Merlene Ottey qui est aussi montée à 14 reprises sur un podium mondial. Bolt a enlevé 11 titres (2 médailles d'argent et 1 de bronze). Ottey compte 3 titres complétés de 4 médailles d'argent et 7 de bronze).


L'Ethiopienne Almaz Ayana sacrée sur 10.000 m

L'Éthiopienne Almaz Ayana a décroché le titre de championne du monde du 10.000 m samedi soir au stade olympique de Londres, en 30 min 16 sec 32/100e, meilleure performance mondiale de la saison, devançant de plus de 45 secondes sa comptariote Tirunesh Dibaba (31:02.69).

La médaille de bronze est revenue à la Kényane Agnes Tirop (31:03.50). Ayana, championne olympique sur la distance l'an passé à Rio avec le record du monde (29:17.45), est partie seule entre le 4e et le 5e kilomètre, reléguant la concurrence très loin derrière elle.


Le Lituanien Gudzius décroche son premier titre au lancer du disque

Le Lituanien Andrius Gudzius, 26 ans, a remporté le titre mondial du lancer du disque, samedi, aux championnats du monde d'athlétisme à Londres. Gudzius a envoyé le disque à 69m21. Il bat de 2 petits centimètres le Suédois Daniel Stahl (69m19). L'Américain Mason Finley a complété le podium (68m03).

Le tenant du titre, le Polonais Piotr Malachowski, a dû se contenter de la cinquième place (65m24). L'Allemand Robert Harting, champion olympique 2012 et champion du monde 2013, est sixième (65m10).

Gudzius disposait d'un record personnel de 68m61. Champion du monde juniors en 2010, il décroche son premier titre mondial.


Le Sud-Africain Luvo Manyonga sacré au saut en longueur

Le Sud-Africain Luvo Manyonga, meilleur performeur mondial de la saison (8,65 m), a remporté le titre de champion du monde du saut en longueur, avec un bond en 8,48 m, devant l'Américain Jarrion Lawson à 8,44 m, samedi à Londres.

Un autre Sud-Africain, Ruswahl Samaai, s'est emparé de la médaille de bronze, avec un saut à 8,32 m, soit cinq centimètres de mieux que le Russe évoluant sous drapeau neutre, Aleksandr Menkov (8,27 m).

Le Cubain Maykel Masso, seulement 18 ans, a pris date pour un avenir radieux en se classant cinquième (8,26 m).

Manyonga a tenu son rang de grand favori. Le nouveau champion du monde a connu une adolescence difficile dans un quartiers déshérité (township).

Il a reconnu que le sport l'avait sauvé de la drogue et du banditisme.