Capriati nettement favorite

Publié le - Mis à jour le

Tennis

L'Américaine Jennifer Capriati (tête de série N.4) partira nettement favorite de la finale du simple dames des Internationaux de France qui l'opposera à Kim Clijsters (N.12), samedi, à Roland-Garros.

Kim Clijsters, qui a eu dix-huit ans la veille de cette finale, s'est montrée très précoce pour atteindre le top 10 des meilleures joueuses du monde. La Limbourgeoise a déjà écrit l'histoire en devenant la première joueuse belge à disputer une finale d'un tournoi du Grand Chelem. Sa progression, émaillée de coups d'éclats, s'est faite jusqu'ici sans heurts. La relation suivie qu'elle entretient depuis plus d'un an avec l'Australien Lleyton Hewitt, en plein accord avec les deux familles, n'y est sans doute pas étrangère.

Etonnamment mûre pour son âge, elle participera à sa première finale d'un tournoi du Grand Chelem. Parmi ses jeunes exploits figurent cette année une victoire sur la Suissesse Martina Hingis à Indian Wells en demi-finale avant sa défaite en finale face à l'Américaine Serena Williams en trois sets.

Depuis le début du tournoi, les deux joueuses ont suivi sensiblement le même parcours. Capriati, qui a passé 7 heures 31 minutes sur les courts n'ayant perdu qu'un set contre Serena Williams (N.6). Et Clijsters, qui a séjourné sur la terre battue 8 heures 48 minutes, en ayant perdu deux, dont un contre Justine Henin en demi-finale.

Capriati est sortie du tunnel
A vingt-cinq ans, Capriati, déjà demi-finaliste en 1990 à l'âge de 14 ans, bénéficie d'une expérience vieille de onze ans avec, il est vrai, un trou noir de deux ans, en 1994 et 1995, dû à une grave crise de croissance de petit prodige. Elle n'en est vraiment ressortie que cette année, pleinement heureuse et épanouie.

Le fait le plus marquant de sa résurrection s'est produit en janvier, à Melbourne, où elle a battu les N.1, N.2 et N.4 mondiales pour gagner son premier tournoi du Grand Chelem. Elle fut ensuite finaliste à Miami, Oklahoma City et Berlin, et demi-finaliste à Scottsdale. Un ensemble de performances qui lui a permis de reprendre définitivement pied parmi les très grandes championnes. Bâtie sur le même modèle, ce sont toutes les deux des frappeuses qui savent jouer placé à l'occasion.

Clijsters, qui a commis sept doubles fautes contre Henin, devra cependant mieux servir si elle veut éviter d'être balayée. Les deux joueuses ne se sont rencontrées qu'une seule fois, à Philadelphie, où Capriati avait gagné 7-5, 6-3. C'était en 1999 et Clijsters faisait ses premiers pas dans le circuit. (BELGA)