Tennis

Carl Maes et la Fédération belge de tennis ont signé un contrat portant sur une saison. L'ancien coach de Kim Clijsters sera ainsi pour cette saison le capitaine de l'équipe féminine belge de Fed Cup. «Lorsque l'on m'a proposé le poste, j'ai longtemps hésité », a-t-il reconnu lors d'une conférence de presse vendredi à Gand. «Ce qui m'a décidé, c'est que le job n'est pas à temps plein. Et je suis, jusqu'au 23 septembre encore, employé par la LTA (Lawn Tennis Association), la fédération anglaise de tennis. Cela dit, je suis très enthousiaste d'endosser ce rôle de capitaine. Dans la vie, il faut pouvoir goûter un peu à tout. Je n'avais jamais occupé cette fonction. Je voudrais aussi oeuvrer avec Steven Martens (le directeur de la VTV et capitaine de l'équipe de Coupe Davis), mais cela se fera au sein de la VTV (la ligue flamande de tennis) avec le développement de sport-études régionaux. Ce sera pour plus tard ».

Le premier match sous la coupe de Carl Maes se déroulera en Floride à Delray Beach face aux Etats-Unis les 23 et 24 avril pour le premier tour du groupe mondial (sur surface dure). Leslie Butkiewicz, Els Callens, Kirsten Flipkens et Evelyn Van Hyfte. Debbrich Feys et Caroline Maes ont reçu le statut de réservistes. Pas de Justine Henin-Hardenne, ni de Kim Clijsters donc.

«Je serais bien entendu très heureux de pouvoir compter sur elles », a expliqué Carl Maes. «Je n'ai pas encore eu l'occasion de discuter avec les deux joueuses, mais cela se fera. Je sais qu'il ne sera pas facile de les convaincre pour la suite en fonction de leur calendrier. Je ferai de mon mieux ». La Belgique a dès lors peu de chance de passer le tour (qui la verrait affronter l'Italie ou la Russie en demi-finale le 9 et 10 juillet) et devra disputer un barrage pour se maintenir dans le groupe mondial.

«En Angleterre, j'ai la charge de monter une structure dans le tennis anglais », a évoqué Carl Maes à propos de son travail à la LTA. »C'est plus facile de travailler en Belgique, car, dans une salle, vous pouvez rassembler tout le monde. Il faut énormément voyager et se déplacer pour voir les gens en Angleterre. J'avais parfois l'impression de revenir 20 ans en arrière. Il y a 1200 salles pour le tennis en Belgique... 1100 pour l'Angleterre ».