Tennis

Depuis ce lundi, Frédéric de Fays a peut-être entamé une nouvelle carrière, pourtant brillamment entamée, au centre AFT de Mons. Classé 1209e au dernier classement ATP, où il compte trois points, mais surtout deuxième meilleur Belge au ranking international juniors (-18 ans), le joueur arlonais, qui a fêté son seizième anniversaire le mois dernier, effectue, en effet, un virage important au moment de débuter la saison 2005. Sur les conseils de son entourage, Frédéric a donc fini par quitter la structure privée du BATD pour rejoindre le centre de la fédération francophone. Et ce, alors que l'AFT avait déjà proposé ses services voici un an et demi. «Depuis quelques mois, Frédéric a pris conscience de la nécessité de faire partie d'une structure complète, indique Anne, sa maman. Le système mis en place auparavant a révélé son point faible, à savoir le manque de cohésion entre les différents intervenants. Et il nous a semblé que l'AFT pouvait offrir à Frédéric les meilleures chances de progresser plus encore, grâce à un encadrement professionnel très complet. Ce choix, difficile car il implique un changement radical de ses conditions de vie et d'entraînement, démontre très clairement sa détermination à vouloir tout mettre en oeuvre pour développer au mieux son potentiel d'espoir du tennis belge.» Par ailleurs, les parents de Frédéric de Fays soulignent le travail «remarquable» réalisé durant sept ans par son coach, Fabien Verougstraete, qui n'était plus en mesure de l'accompagner à l'étranger aussi souvent que par le passé pour des motifs familiaux.

Du côté du BATD, on marque son étonnement devant ce «revirement de situation». «Nous ne savions pas que cette hypothèse était à l'étude et nous avions convenu d'attendre la fin de ses études afin de s'occuper pleinement de Frédéric», explique Olivier Buchet. «En attendant, c'est vrai, nous faisions un peu dans le bricolage afin de l'encadrer au mieux. Mais, à partir du moment où ses parents acceptent l'idée qu'il termine ses humanités ailleurs qu'à Arlon, Mons apparaît comme une décision très logique. Nous ne gardons donc aucune amertume par rapport à ce départ même s'il s'agit du plus grand espoir belge. D'ailleurs, nos portes lui restent ouvertes.» Une place se libère, par conséquent, au BATD, qui attend un projet à la fois constructif et crédible.

© Les Sports 2005