Tennis

Christophe Rochus va bien, merci pour lui. L'heure des vacances est bientôt arrivée. «Et j'en ai bien besoin! souffle-t-il. Je n'en avais pas pris depuis deux ans.»

Avant de prendre la direction des pistes de ski et de profiter des joies de la poudreuse, l'aîné des frères accomplira toutefois l'un ou l'autre devoir de fin de saison en dépit d'une blessure qui le handicape fortement à l'heure actuelle. «J'ai souffert d'une déchirure à l'ischio gauche pendant deux mois et voilà maintenant que c'est une contracture au quadriceps qui m'empêche de m'aligner à 100pc! » explique Christophe, qui disputera les qualifications des tournois de Bâle et de Paris-Bercy avant d'enchaîner par trois épreuves dotées de 300000 dollars. «Je pourrais ne pas prendre de risque, mais je veux absolument jouer, même diminué, afin de pouvoir rentrer dans le tableau de l'Open d'Australie en janvier prochain. Je n'en suis plus très loin. J'aurai alors atteint les objectifs que je m'étais fixés au début de l'année et je pourrai mettre un terme à ma saison en toute sérénité.»

A 25 ans, le citoyen d'Auvelais a appris à relativiser pas mal d'aspects de la vie qu'il mène au gré des résultats enregistrés et, parfois, des déceptions qui ont pu s'accumuler. «J'estime avoir gagné en maturité ces derniers mois. Je ne me mets plus la pression comme je l'ai fait souvent au cours de ma carrière alors que je ne suis pas taillé pour la gérer. J'ai toujours voulu bien faire, peut-être trop bien faire. Mais comprenez qu'il fallait que j'assure mon avenir. Maintenant que j'ai rempli les conditions pour obtenir ma pension, je peux voir les choses sous un autre angle. Je vais enfin prendre le temps de vivre et de faire les choses que j'aime, comme jouer au golf par exemple.»

Prendre du recul

En changeant sa philosophie, en prenant peut-être davantage de recul par rapport au tennis, Christophe Rochus espère paradoxalement réussir de meilleurs résultats sur le circuit international. «Je vais moins courir à travers le monde pour grappiller des points ATP par-ci par-là mais je n'envisage pas d'arrêter ma carrière. Au contraire, je me suis fixé de nouveaux objectifs pour la prochaine saison. Je veux gagner un Grand Prix et faire des résultats en Grand Chelem. J'espère que j'y parviendrai en changeant mon fusil d'épaule, en jouant de manière plus relâchée que par le passé. Peut-être je me berce d'illusions, je ne sais pas. Cela, l'avenir me le dira...»

© Les Sports 2004