Tennis

LONDRES Kim Clijsters collectionne les lots de consolation dans les levées du Grand Chelem. Un mois après Roland-Garros, la Limbourgeoise a ainsi également remporté le double dames à Wimbledon.

Dimanche, dans la foulée de la finale messieurs, elle a battu avec sa partenaire japonaise Ai Sugiyama la paire numéro un formée par l'Espagnole Virginia Ruano Pascual et l'Argentine Paola Suarez 6-4, 6-4.

«C'est vraiment chouette de se sentir championnes de Wimbledon, dans la mesure où Ai avait déjà perdu une finale avec Julie Halard et une autre avec moi, expliqua Kim, qui avait également déjà perdu une finale du double mixte avec Lleyton Hewitt en 2000 ainsi qu'une autre du simple juniores en 1998. Cela ne constitue pas une compensation pour ma défaite en demi-finales contre Venus Williams, vu que ce sont deux tournois différents, mais cela fait néanmoins très plaisir. Et puis, c'était l'anniversaire de Ai samedi. Bref, cela ne pouvait mieux tomber...»

Cela fait deux ans que Kim Clijsters et Ai Sugiyama forment équipe en double. Entamée à San Diego, leur collaboration, interrompue un moment en raison des problèmes à l'épaule rencontrés par la Limbourgeoise, leur a jusqu'à présent rapporté cinq titres, tous conquis cette saison. Mais au fond, qu'est ce qui a bien pu pousser une Belge et une Japonaise à s'associer?

«Je parle le japonais»

«Je parle couramment le japonais, lança Kim en éclatant de rire. Nous ne conversons d'ailleurs pas en anglais sur le court. Tout est en japonais. Et lorsque je frappe un beau coup, elle me dit même bien joué en flamand. Et moi je lui réponds la même chose en japonais, c'est-à-dire yokudekimashita. J'éprouve beaucoup de plaisir à jouer en double avec elle et encore plus lorsque les résultats suivent. Ai se donne toujours à fond et sa volonté couplée à son enthousiasme me force à me battre davantage...»

Victorieuses à Roland-Garros et maintenant à Wimbledon, Kim Clijsters et Ai Sugiyama peuvent doucement envisager de réaliser un Grand Chelem dans la discipline. Ce sont, certes, des soucis pour plus tard. Après une quinzaine une nouvelle fois bien remplie, Kim Clijsters goûtera à quelques jours de repos avant de tourner son regard vers la Fed Cup.

Ensuite, elle jouera à Stanford, San Diego, Los Angeles, Toronto et l'US Open.

Le circuit continue...

© Les Sports 2003