Tennis

Kim Clijsters émet donc quelques doutes quant à sa participation aux prochains Jeux olympiques d'Athènes. En cause: le sponsor de la délégation belge (Adidas) n'est pas le sien (Fila). Comme le fait remarquer Frank Basters, responsable de la communication pour Adidas au Benelux, la situation est la même pour un footballeur évoluant dans un club et une équipe nationale qui n'ont pas les mêmes sponsors. «Pour nous (lisez Adidas), il n'y a pas de problèmes, déclare-t-il. Kim Clijsters est sous contrat avec Fila, mais si elle participe aux Jeux olympiques, elle doit porter le sponsor de l'équipe nationale, donc Adidas. C'est comme ça. Mais elle peut porter les chaussures de son équipementier...»

On pourrait donc imaginer Kim Clijsters porter un polo et une jupe Adidas, des chaussures Fila et une raquette Babolat. «La situation est la même que pour les footballeurs, tempère Frank Basters. Prenons l'exemple de Glen De Boeck. Le défenseur est sponsorisé par Adidas, joue dans une équipe sponsorisée par Adidas (Anderlecht), mais pourtant quand il jouait en équipe nationale, il devait porter des équipements Nike. Et en tennis, Justine Henin-Hardenne est sponsorisée par nos soins, mais si elle devait aller aux Jeux olympiques, alors que l'équipe nationale serait sponsorisée par une autre marque, et bien elle devrait revêtir les équipements de l'équipe nationale. Non, vraiment, il n'y a aucun problème...»

© Les Sports 2003