Tennis

Roger Federer, Rafael Nadal et David Ferrer, déjà absents au premier tour, ont leur week-end de libre puisque la Suisse et l'Espagne sont éliminées. Andy Murray, nouveau dauphin de Djokovic au classement ATP, ne se sent pas concerné par les batailles obscures de la Grande-Bretagne en division inférieure. Tomas Berdych, usé jusqu'à la corde, laisse la République tchèque, tenante du titre, très diminuée pour son quart de finale au Kazakhstan puisque Radek Stepanek est également ménagé au moins pour la première journée vendredi.

Juan Martin Del Potro, fâché avec ses coéquipiers argentins, est lui aussi forfait face à la France lors du deuxième choc de ce week-end, loin devant un dernier quart de finale sans étoiles entre le Canada et l'Italie. Et comme le N.2 serbe Janko Tipsarevic, en panne de résultats, est également absent, tout comme le Français Richard Gasquet, blessé, seulement deux joueurs du Top 10 sont de sortie ce week-end avec Djokovic et Jo-Wilfried Tsonga.

Transformé après avoir offert à la Serbie son premier Saladier d'argent en 2010, Djokovic sait ce qu'il doit à la compétition, même s'il a fait une impasse sur la campagne de l'année dernière après le psychodrame de Belgrade en 2011 où il avait abandonné, à bout de forces, contre Del Potro en demi-finale. Cette année, il a déjà été le seul du "Big Four" à disputer le premier tour, face à la Belgique sur la terre battue de Charleroi, quelques jours seulement après son triomphe à Melbourne à l'autre bout de la planète. "J'adore passer une semaine avec les copains et représenter la Serbie, c'est vraiment fantastique. Avoir gagné le titre en 2010 nous a apporté tellement de confiance et nous a aidés dans nos carrières individuelles", explique le N.1 mondial sur son site internet au moment de repartir au combat.

Après une tournée américaine en demi-teinte, Djokovic, battu en demi-finale à Indian Wells et en quarts à Miami, est remonté à bloc pour la rencontre face aux Etats-Unis à Boise, la capitale de l'Idaho. Mais il se méfie des tours jumelles américaines, John Isner (2,06 m) et Sam Querrey (1,98 m), d'autant que la ville se trouve à une altitude de 800 mètres et que les balles fuseront en conséquence à toute allure.

Cela ira moins vite sur la terre battue de Buenos Aires entre l'Argentine et la France mais la partie s'annonce tout aussi explosive, surtout si le public s'en mêle ce qui relève de la tradition en Amérique du Sud. Sans Del Potro et avec un David Nalbandian loin du niveau de ses meilleures années, le camp argentin mise sur Juan Monaco et Carlos Berlocq en simples mais ne partira pas favori face à la France, même si celle-ci doit composer avec le forfait de dernière minute de Gasquet, touché au pied.