Tennis

Le Belge a remporté la première manche de cette rencontre face à la Hongrie (6-4, 4-6, 7-6, 6-3) et a donc offert le premier point à nos couleurs.

Premier set: 6-4

Le premier jeu était déjà animé et long : 8 minutes. Sur le 4e point, Ruben Bemelmans montait à contre temps au filet et trébuchait. Il grimaçait, prenait sa serviette et remontait sur le terrain. Sur la première balle de break, il avait besoin du challenge pour la sauver. Il smashait sur la 2e balle de break. La 3e balle de break voyait la balle de Fucsovics s'écraser sur le filet. Le Hongrois boisait sur sa 4e balle de break. Bemelmans sauvait la mise. Un médecin désinfectait sa blessure. Le Hongrois revenait à 1-1 sans sourciller. Sur une volée, Bemelmans égalisait. Sur un revers dans le couloir, le Hongrois concédait ses 2 premières balles de break. Une nouvelle faute du Hongrois offrait le break (3-1). Il confirmait le break avec deux aces (4-1). A 4-2 0-0, Ruben manquait un smash facile qui amenait son lot de doutes dans son jeu. Une double faute et une grossière erreur effaçait son break d'avance (4-3). Le Hongrois revenait à 4-4 sur un jeu blanc. Bemelmans stoppait l'hémorragie en sortant deux gros points à 30-30 pour s'envoler à 5-4. Aidé par la bande du filet, Bemelmans lançait idéalement son dernier jeu du set. Fucsovics craquait. A 0-40, le Hongrois sauvait d'un coup droit la première balle de set. D'un autre coup droit, il revenait à 30-40. Malgré une grosse première, Bemelmans faisait le point.

Deuxième set: 4-6

Un service-volée lançait bien le set de Ruben. Deux aces et un service gagnant confirmaient le sentiment (1-0). Fucsovics revenait à 1-1 sans problème. Bemelmans achevait de plus en plus de points à la volée alors que son service restait très performant (2-1). Le 4e jeu était très mal géré par Bemelmans qui craquait sur ses deux balles de break sans que le Hongrois ne mérite réellement de revenir à 2-2. D'une énième volée, il prenait son jeu blanc (3-2). A 3-3 0-30, Bemelmans revenait au filet pour conclure ses points tout en profitant de sa première sur service pour recoller à 30-30 et garder son avantage (4-3). Les jeux étaient plus tendus en fin de set. Les deux joueurs brillaient par leur irrégularité. Fucsovics comptait sur sa première balle pour effacer une balle de break. Le Hongrois recollait à 4-4. Sa première balle le sauvait à nouveau pour revenir à 30-30. Malgré une balle de 5-4, le Belge concédait le break à la suite d'un gros retour de service sur son revers (4-5). Plus appliqué et patient, Marton Fucsovics bouclait le deuxième set dès sa première balle de set sur un revers long de ligne de toute beauté.

Troisième set: 7-6 (7-5)

Bemelmans n'accusait pas le coup lors de sa mise en jeu initial. Il s'emparait du premier sur un jeu blanc. D'un smash, le Hongrois lui répondait (1-1). Fucsovics se montrait plus entreprenant dans le jeu et provoquait sa première balle de breal (30-40). Sur une attaque de coup droit, il la sauvait après avoir eu besoin d'un challenge pour valider le point. Une affaire de quelques millimètres qui changeait tout vu que Ruben gardait son service (2-1) sur un ace. Le mano a mano se poursuivait (2-2). Ruben concédait une autre balle de break 30-40 qu'il sauvait d'un service gagnant. Un revers et un croup droit dans le couloir de Fucsovics donnait un peu d'air au Belge. Il revenait à 3-3 sur un jeu blanc. Bemelmans envoyait un missile sur service en extérieur pour maintenir le bon cap (4-3). Le Hongrois recollait trop facilement. Bemelmans, conquérant, gardait l'avantage sans trembler (5-4). D'un service-volée, Marton faisait 15-0. D'un revers court croisé, il portait l'avantage à 30-0. Un revers trop long de Ruben (40-0) et un ace extérieur ligne bouclait l'affaire (5-5). Les points coûtaient de plus en plus cher. Une volée amortie de Ruben, un service gagnant, un coup droit bien masqué suffisaient pour faire 40-0. Sur un service gagnant, il reprenant l'avantage (6-5). Jusqu'ici, Ruben a manqué ses 3 balles de break dans ce set alors que Fucsovics a loupé les deux siennes. Depuis quelques minutes, les deux joueurs enchaînaient les coups gagnants. Marton finissait le 15-0 d'un passing. A 30-15, la tension montait d'un cran. Les cris du public aussi. Un service extérieur et un filet de Ruben permettaient à Marton de forcer le tie-break.

Evolution du score du tie-break Bemelmans – Fucsovics 1-0 ; 1-1 ; 2-1; 2-2 ; 3-2 ; 4-2 ; 5-2 ; 6-2 ; 6-3 ; 6-4 ; 6-5 ; 7-5

Fucsovics a flanché en commettant quelques fautes. Bemelmans est resté solide dans l'échange. Le Limbourgeois a eu besoin de 4 balles de set pour boucler la 3e manche. Il était soulagé de voir la balle du Hongrois s'écraser dans le filet.

Quatrième set: 6-3

Pour la première fois du match, Marton Fucsovics commençait un set avec le service. Il prenait facilement le premier point. Offensif à souhait, Bemelmans égalisait (1-1) d'une volée posée. Le Limbourgeois traversait un bon passage. Fucsovics, qui cachait de plus en plus mal sa douleur au pied, conservait son avance (2-1) avant que Bemelmans ne revienne à 2-2 sans forcer. Le Hongrois peinait à jouer à son meilleur niveau et concédait sa première balle de break à 30-40. Bemelmans profitait de l'occasion pour le breaker à la suite d'un point construit calmement. Son revers croisé était tout aussi précis (2-3). Le point qui le ramenait à 30-30 illustrait la maîtrise du Belge : un long échange ponctué par un passing millimétré. Derrière, il plantait un coup droit gagnant et un ace (4-2). Un lob d'une qualité remarquable mettait le feu au public (15-30). Fucsovics retardait l'échéance (4-3). Le public jouait pleinement son rôle. Bemelmans faisait 30-0, mais le Hongrois chutait. Il mettait quelques minutes à se relever. Marton mettait la balle dans le filet (40-0). Le Belge était imperturbable et bouclait son jeu de service (jeu blanc) pour mener 5-3. A 0-40, Bemelmans gâchait la première balle de match dans le filet. Fucsovics l'imitait sur la suivante.

Suivez Ruben Bemelmans - Marton Fucsovics


Steve Darcis est blessé au coude, il espère reprendre du service pour la saison sur terre battue.

Il avoue que la situation est très étrange. Habitué à faire partie de l’équipe comme joueur, Steve Darcis fait, cette fois, un intérim au sein du… staff. "Le capitaine Johan Van Herck m’a demandé d’être présent comme une sorte de consultant. J’essaie d’aider, de donner l’un ou l’autre conseil, d’apporter mon expérience…"

Blessé au coude, le Liégeois n’a plus joué un match depuis sa fameuse défaite face à Lucas Pouille à Lille. "J’avais deux solutions. Soit prendre de la cortisone et continuer à jouer avec tous les risques inhérents à ce genre d’approche. Soit faire un véritable break pour consolider durablement le coude. J’ai opté pour cette option qui devrait me permettre d’encore jouer deux ou trois ans au plus haut niveau…"

Pour l’heure, pas question de toucher une raquette. "Je bosse physiquement pour garder la forme. Mais c’est tout. Si tout évolue bien, je pourrai m’entraîner dans deux mois."

Secrètement, il espère pouvoir reprendre du service pour la saison sur terre battue et même bénéficier d’un classement protégé pour intégrer le tableau final de Roland-Garros. Mais il se garde de tout excès d’optimisme. Il sait que, pour soigner cette vilaine blessure, la patience sera sa meilleure alliée. "C’est vrai, cela me fait très bizarre de me retrouver sur le court du Country Hall à regarder les autres. J’ai eu la larme à l’œil en entrant. Je suis un homme de terrain. J’aime jouer, surtout ici, à Liège. Mais, bon, il y a des choses plus graves dans la vie. Je prends mon mal en patience et j’essaie d’être positif. Et dire que je ne peux même pas aller à la pêche faute de pouvoir tenir la canne !"

Cette expérience de conseiller permet à Mister Davis Cup de se changer les idées et d’apporter un plus à l’équipe. Qui sait ? Un jour, il sera peut-être parachuté sur la chaise du capitaine. "Pourquoi pas ? J’ai la Coupe Davis dans le sang. Mais ce n’est vraiment pas d’actualité…"