Tennis

Tout le monde, ou presque, en a déjà tenu une dans sa main un jour. Elle est toujours présente sur les cours de tennis, virevolte sous l'impulsion de la raquette et est indispensable à la pratique de la discipline. « Elle », c'est évidemment la balle de tennis. Que serait le tennisman sans sa raquette ? A quoi servirait cette dernière sans une balle ? Et, surtout, à quoi servirait une balle si le (télé)spectateur ne pouvait pas la voir filer à toute vitesse le long des lignes ? C'est à cause, ou grâce, à cette dernière problématique qu'en 1972 les diffuseurs et la Fédération internationale ont pris la décision d'utiliser des balles de feutre jaune. C'est également la raison pour laquelle vous pouvez apprécier les échanges aussi bien, derrière votre écran de télévision ou depuis du haut de la tribune.

Avant la télévision

À l'origine, les balles de tennis étaient tout sauf jaunes. Elles étaient uniquement blanches ou noires. La raison ? Elles étaient essentiellement fabriquées avec de la laine. Avec l'apparition de la télévision en couleur, les possibilités d'améliorer le confort du téléspectateur ont été démultipliées. Finit les balles blanches qui se confondent avec les lignes ou les balles noires légèrement trop sombres. Le choix se porte sur un jaune fluorescent appelé «optic yellow», déterminé comme étant la couleur la plus visible pour l'œil humain. Bien que les balles blanches soient encore autorisées sur le circuit professionnel, les balles jaunes sont donc devenues la norme.