Tennis

Ce cinquième match décisif n’aurait jamais été possible sans le patron du week-end, David Goffin. Déjà victorieux vendredi, le chef de file a amené le deuxième point à la suite d’un combat des maîtres qu’il a fait pencher à son avantage.

Grâce à un service très performant et une solidité de fond de court, le Liégeois a progressivement écœuré Nick Kyrgios.

"Quand il joue comme ça, David est l’un des meilleurs joueurs du monde, avouait Nick Kyrgios. Il a très bien servi."

Goffin a d’abord laissé passer la tempête au premier set où l’Australien servait le plomb. D’ailleurs, le bad boy plantait dix aces. Malgré tout, le Belge s’était accroché jusqu’à 4-4 dans le tie-break. Libéré, il a ensuite ajusté sa longueur de balle pour chiper de plus en plus de points sur le service adverse. Un break par manche suffisait pour s’emparer des deux sets suivants.

Lors de la quatrième manche, il s’offrait à deux reprises le service de Kyrgios qui en brisait sa première raquette du week-end. Lancé par le générique de Star Wars, le dernier jeu était à sens unique. Un service gagnant, un retour trop long, un ace sur le T et un ace extérieur ligne apportaient ce deuxième point à la Belgique.

David Goffin se couchait par terre, tombait un bref instant dans les bras de son adversaire et durant de longues secondes dans ceux de Johan Van Herck.

"J’ai joué le meilleur match de ma carrière en Coupe Davis, confiait David Goffin. Le premier set a été une grande bataille où je me suis bien accroché. Par la suite, je prends son service. Dans l’échange, j’étais plus solide que lui. Mon service a été la clef", poursuit celui qui a signé vingt aces et 70 % de premier service. "Je l’ai battu pour la première fois de ma carrière dans un contexte spécial où je jouais chez moi et sur terre battue."

Objectif : une place au Masters

Si une semaine de Coupe Davis coûte cher à de nombreux joueurs, elle a beaucoup apporté à David Goffin. Arrivé à Bruxelles sur une jambe avec plusieurs contrôles médicaux, il a été soigné durant dix jours par un staff exceptionnel.

"On verra dans quel état je me réveillerai. Dans quel état sera mon genou demain. J’ai été porté tout le week-end par l’ambiance du Palais 12. Je verrai quand les anti-inflammatoires n’agiront plus. J’ai joué sous injection tout le week-end."

Outre l’aspect physique, le douzième joueur mondial a enfin tourné la page de sa blessure à Roland-Garros, qui le poursuivait depuis des mois. "Je suis un joueur qui parvient à enchaîner après la Coupe Davis. J’ai vécu de grandes émotions qui m’ont fait beaucoup de bien."

Dès lundi, il repartait à l’assaut du circuit ATP où il a une place au Masters à aller chercher durant les prochaines semaines.

"Je jouerai mon premier match au tournoi de Metz jeudi. Je ne sais pas encore quand je me rendrai en France, mais je compte d’abord prendre un peu de repos. Ensuite, il y aura l’Asie, relatait-il avant de conclure. Je me dédie cette victoire car j’ai ressenti une énorme fierté d’avoir sorti un tel match à ce moment."