"Djokovic, ce mur humain"

Serge Fayat Publié le - Mis à jour le

Tennis

Novak Djokovic (ATP 2) a peut-être fait un grand pas vers un 2e titre consécutif à l’US Open et un 6e déjà en Grand Chelem alors qu’il affrontera samedi pour une place en finale David Ferrer (ATP 5).

Le Serbe a en effet écarté de sa route, jeudi soir, le dangereux outsider Juan Martin Del Potro (ATP 8) dans un match somptueux remporté 6-2, 7-6 (7/3), 6-4 en un peu plus de trois heures. "Le match a été plus serré que le score l’indique. J’ai eu de la réussite en gagnant le 2e set", a indiqué le tenant du trophée, qui se montra hallucinant en défense pour ramener les balles les plus improbables grâce à des jambes de feu. "C’est un grand joueur. Il y a eu des échanges et des points incroyables. J’adore l’ambiance des sessions de soirée et je suis ravi d’être en demi-finale."

Le deuxième set fut ainsi tout bonnement homérique. Il ne dura pas moins d’1 h 24 minutes, soit à lui seul plus que le match du premier tour remporté par Novak Djokovic contre l’Italien Paolo Lorenzi. Juan Martin Del Potro y empocha les dix premiers points, puis put encore servir pour égaliser à une manche partout, mais c’est le Serbe qui eut le dernier mot dans le tie-break.

"Novak et ‘Rafa’ sont les seuls à pouvoir faire ça", a confié l’Argentin, qui l’avait privé de la médaille de bronze aux Jeux olympiques il y a un mois. "C’est dur d’avoir un tel guerrier en face de soi, avec des capacités physiques aussi fantastiques. Ce n’est pas facile quand on pense s’appuyer sur sa meilleure arme mais que l’autre renvoie tout. Il est le favori pour gagner ce tournoi "

John McEnroe, consultant pour la chaîne américaine ESPN et vainqueur du tournoi à quatre reprises, n’hésita pas à clamer que "Djokovic était un mur humain", impressionné par la couverture de terrain du Serbe de même que par sa capacité à exploiter la moindre ouverture. Novak Djokovic n’a d’ailleurs pas encore perdu le moindre set de la quinzaine alors qu’il rencontrera David Ferrer, le joueur le plus sous-estimé du circuit, sorti vainqueur d’un marathon de 4 h 31 contre Janko Tipsarevic (ATP 9).

"Je m’attends à une autre bataille contre Ferrer, a-t-il ajouté. C’est l’un des joueurs les plus réguliers du circuit depuis six ou sept ans. On ne parle pas trop de lui mais c’est un grand compétiteur."

L’autre demi-finale, samedi, opposera Andy Murray (ATP 4), le champion olympique, à Tomas Berdych (ATP 7), le tombeur de David Goffin et de... Roger Federer.

Publicité clickBoxBanner