Tennis

Alors qu’il finalise sa prochaine équipe, Novak Djokovic se montre assez ouvert sur l’introspection qu’il mène.


D’habitude à cette période de la saison, on vous parlait en boucle de Roland-Garros. Là on ne vous en parle plus du tout. Est-ce une période un peu étrange pour vous ?

Oui, c’est une période un période un peu différente. Aussi parce que depuis six mois je n’ai pas eu d’aussi bons résultats que d’habitude. Donc c’est normal que ma perspective et celle des autres ne soient pas la même. mais voilà ma situation, et j’essaie de travailler aussi dur que tout le monde pour être le meilleur possible. Et puis mon niveau est bien meilleur qu’il y a deux mois, ce qui est évidemment une bonne nouvelle et j’essaie de m’en servir pour gagner de la confiance. Cette dernière n’a pas été très élevée vu que je n’ai pas gagné beaucoup de grands matches cette année. Si je continue à être investi et à travailler dur, les résultats suivront.

Parvenez-vous à identifier un moment en particulier où les choses ont commencé à mal tourner, ou bien était-ce progressif ?

Je pense que ça a surtout commencé après l’US Open où j’ai eu trop de hauts et de bas. Oui j’ai joué la finale du Masters mais je n’ai pas réussi à y trouver mon meilleur niveau quand j’en avais vraiment besoin. Et ça a continué de se répéter. Donc c’est plutôt une accumulation de différents facteurs. Mentalement, émotionnellement, je ne me sentais plus aussi frais après tout ce que j’ai accompli ces trois dernières saisons. Roland-Garros puis les Jeux Olympiques ont pris beaucoup de moi. Mais je ne m’en suis pas rendu compte. Et puis ça m’a aussi donné l’occasion de vraiment me pencher sur ces dernières années où le moteur ne s’arrêtait jamais. A un moment quand ça s’arrête il faut y réfléchir et tenter de devenir une nouvelle et meilleure version de soi-même. Je suis toujours aussi motivé, j’adore ce sport donc je vais continuer.

Votre premier adversaire à Rome sera le Britannique Aljaz Bedene…

C’est un très bon joueur sur terre battue. un gars avec beaucoup de talent. Mais je sais ce que j’ai à faire face à lui. je veux vraiment me concentrer sur mon jeu, sur jouer le meilleur tennis possible. Si je fais ça, je sais que je peux battre n’importe qui.