Tennis L’Espagnol retrouve la place de n° 1 mondial. Pour combien de temps ?

Pour la première fois depuis juin 2014, Rafael Nadal retrouve, ce lundi, le trône de n°1 mondial. Pour le champion espagnol de 31 ans, il s’agit d’une véritable et improbable renaissance. Victime de blessures récurrentes aux genoux et aux poignets, il se demandait encore, voici moins d’un an, s’il rejouerait un jour au plus haut niveau !

Une place à défendre à New-York

Sa saison 2017 a dissipé tous les doutes. Après avoir atteint la finale de l’Open d’Australie (contre Federer), le Majorquin a signé une véritable OPA sur les tournois sur terre battue, s’adjugeant notamment son dixième Roland-Garros. Et il a ensuite profité des blessures de la plupart de ses rivaux - Murray, Djokovic et même Federer - pour se hisser, derechef, sur la plus haute marche du ranking mondial.

"C’est incroyable ! J’ai connu des moments très difficiles ces trois dernières années. Tous ces pépins physiques étaient durs à accepter. Mais cela fait partie de la vie d’un athlète de haut niveau. Je me suis accroché, j’y ai toujours cru. Il y a eu, bien sûr, des périodes de doute et d’inquiétude. Mais je savais, dans mon for intérieur, que je pouvais retrouver mon meilleur tennis. C’est pour cela que, même dans les pires moments, j’ai continué à m’entraîner. Davantage qu’un simple objectif, cette place de n° 1 mondial est donc surtout une récompense de mes efforts…"

Rafa espère à présent la conserver le plus longtemps possible. Eliminé en quart de finale du tournoi de Cincinnati par le géant australien Nick Kyrgios, l’Espagnol se concentre désormais pleinement sur l’US Open qu’il a remporté à deux reprises, en 2010 et 2013.

"C’est un tournoi que j’apprécie beaucoup. Certes, la surface me convient moins bien que la terre battue de Roland-Garros. Mais j’ai toujours eu de bonnes sensations sur le ciment de New York. L’ambiance est très particulière. Je vais tout faire pour être à la hauteur de mon nouveau statut de n°1…"

© IPM Graphics

Les jeunes ou les plus vieux

Compte tenu des forfaits avérés de Djokovic, Wawrinka, Nishikori, de la blessure à la hanche de Andy Murray et de l’incertitude planant sur les présences de Raonic et Cilic, Nadal aura assurément un beau coup à jouer à Flushing Meadow. Mais il devra évidemment composer avec son vieux complice Roger Federer, qui n’a aucun point à défendre et qui brigue aussi un retour sur le trône. S’il remporte le Grand Chelem new-yorkais, le Suisse redeviendra automatiquement le number one ! Ceci dit, aux yeux des bookmakers, cet US Open pourrait sacrer la nouvelle génération et des jeunes qui montent comme Alexander Zverev, Nick Kyrgios ou Grigor Dimitrov…