Tennis Battu d’entrée à Miami, Roger Federer va perdre sa place de n°1 mondial.

Battu samedi dès son entrée en lice à Miami par l’Australien Thanasi Kokkinakis (3-6,6-3,7-6), Roger Federer était très déçu de sa performance.

Comment ce match vous a-t-il échappé ?

"Honnêtement je ne sais pas. J’ai eu trop d’occasions sur lesquelles j’aurais quand même dû prendre le dessus. Je cherchais le bon sentiment sur le terrain, je n’arrivais pas à faire mes coups gagnants en coup droit, je n’arrivais pas à faire la variation sur le revers, et en jeu de défense j’ai eu plein de problèmes aussi… Je ne sentais pas la balle et j’avais l’impression que dès qu’une occasion se présentait, quelque chose tournait mal. Je savais que j’allais peut-être en payer le prix. C’est décevant et je ne sais pas pourquoi je n’ai pas réussi à trouver un niveau satisfaisant."

Quand avez-vous ressenti ça la dernière fois ?

"La semaine dernière à Indian Wells. Je n’ai pas super bien joué là-bas non plus. J’essaie de trouver pourquoi. Même si là je suis un peu abattu et que je trouve ça dommage de ne pas avoir trouvé comment m’en sortir, je sais qu’il s’agit juste de prendre une pause puis de repartir à l‘entraînement et de m’y mettre à 100 %."

Vous perdez la place de n°1 mondial, comment prenez-vous cela ?

"Je le mérite après ce match. Voilà ce que je ressens. C’était tellement mauvais. Perdre cette place, c’est moins important. L’important c’était de peut-être le redevenir à Rotterdam. J’ai toujours dit que ce n’était pas un objectif pour la fin de l’année, car pour ça forcément il faut que je gagne des tournois du Grand Chelem, des Masters 1000 et que je ne perde pas au premier tour comme ça. Là déjà avec cette défaite à Miami, ça va me faire mal pour la place de numéro 1. Je vais prendre un grand break puis faire un bon bloc d’entraînement pour vraiment être en forme pour la deuxième partie de la saison."

Qu’avez-vous décidé pour la terre battue ?

"De ne pas jouer. On a beaucoup discuté et pour finir, on a tous eu la même idée que c’est plus simple de rester sur deux surfaces que sur trois en ce moment. J’aimerais encore jouer le plus longtemps possible et pour ça on ne trouvait pas que la terre battue était la bonne solution."