Tennis Comme en 2017, Roger Federer revient sur le circuit à Stuttgart pour préparer sa marche triomphale sur Londres.

Il y a un an quasiment jour pour jour, Roger Federer renouait avec le circuit à Stuttgart. Comme cette année, il avait démarré en force avant de zapper toute la saison sur terre battue. Le 14 juin 2017, il avait raté son retour face à un autre papy du circuit : Tommy Haas, 2-6, 7-6 (10/8), 6-4. Son triplé Open d’Australie-Miami-Indian Wells ne l’avait pas aidé à assurer sa transition sur gazon. Il avait même manqué une balle de match dans le deuxième set. Mais ce faux départ ne l’avait pas empêché de survoler la mini-saison sur gazon en remportant Halle et Wimbledon.

Un an plus tard, le Suisse met la barre plus haut. Il veut réaliser le triplé parfait sur gazon.

"Je suis devenu champion du monde de l’entraînement ces dix dernières semaines ", a-t-il confié lors de son premier jour à Stuttgart. "Je suis revenu très fort et ma réaction a été très bonne après avoir perdu ici contre Tommy ", a déclaré Federer. "Je n’ai pas laissé tomber un set pour le reste de la saison sur gazon, ce dont j’étais très content. J’espère donc pouvoir trouver mon rythme et ma portée un peu plus tôt. Je suis très excité d’être ici."

Comme en 2017, il n’a pas manqué de revenir sur les prestations remarquées et remarquables de Rafael Nadal, qui a rempli le job sur terre battue. Il confiait l’an passé que "dans l’état actuel et vu la manière dont je me serais présenté sur terre battue, je n’aurais pas pu le battre".

Cette année, il ne s’est pas épanché longuement sur les exploits de Rafa. "Je m’attendais à ce que Rafa gagne l’Open de France. Il était de nouveau si bon sur les tournois de terre battue menant à Roland-Garros que je pensais qu’il allait gagner. Donc, en gagnant, il a juste créé une situation à laquelle je m’attendais."

Sa situation est simple. Vu sa défaite au premier tour à Stuttgart en 2017, il pourrait réaliser une belle opération au classement. Il lui suffit d’atteindre la finale en Allemagne pour prendre 150 points et doubler Rafael Nadal, qui ne le précède que de 100 unités. Avant même son premier coup de raquette, il a déjà ce chiffre 1 obsédant en tête.

"Je pense que ce défi rajoute de la motivation", confie celui qui avait repris cette place à Rotterdam avant de la céder à Nadal à Miami. "Encore une fois, après avoir perdu ici l’an dernier au premier tour, je reste prudent sur mes objectifs. Je prendrai un match après l’autre pour ne pas voir trop loin. Sur l’herbe, les marges sont très minces. Ce n’est pas si simple, surtout quand tu n’as pas joué depuis trois mois."

Il se gardera donc de se projeter trop loin, mais le niveau de cet ATP 250 est évidemment modeste par rapport à ses semaines habituelles de tournoi. Durant cette semaine post-Roland-Garros, il est le seul joueur du Top 15 en action. À Stuttgart, le quatuor de tête se compose de Federer, Pouille, Berdych et Kyrgios.

"Ça fait longtemps que je n’ai pas joué de match. Alors je suis content d’être là. Évidemment, je ne veux pas rester sur une série de défaites. Je veux casser cela aussi", narre le Bâlois qui fait référence à ses deux derniers matches et autant de défaites (finale à Indian Wells contre Del Potro et premier tour à Miami contre Kokkinakis).

Les supporters ont surtout hâte de retrouver l’élégance ultime sur un terrain. Mercredi, Roger Federer affrontera au deuxième tour à Stuttgart l’Allemand Mischa Zverev qu’il a battu lors des cinq précédentes rencontres.

"Je suis frais, je suis en bonne santé" , a déclaré Federer. "C’est pourquoi je suis heureux et confiant. Je suis persuadé que tout peut très bien se passer cette semaine."

"Uniqlo ? Ce sont des rumeurs"

Avant même de sortir sa raquette de son sac, Roger Federer sera déjà épié par tout le monde en foulant le gazon allemand. Quelle tenue portera-t-il ? Il exhibera toujours le célèbre RF 20 que Nike a conçu pour lui. Lors de son premier entraînement, il portait les tenues Nike alors qu’il a reconnu ne plus être sous contrat avec la virgule made in US. Selon un journaliste italien, il était sur le point de signer avec Uniqlo. "Ce sont des rumeurs… Mais je n’ai pas de contrat avec Nike depuis mars. Nous parlons. Nous verrons ce qui se passe. Je vous le ferai savoir." Il n’en dira pas plus si ce n’est qu’il est libre de s’engager avec qui il veut. Nike, qui le soutient depuis 10 ans, a déjà déboursé 100 millions de dollars pour RF. Uniqlo serait disposé à en mettre 30 millions par an. Pour rappel, le célèbre RF est la propriété de Nike qui ne souhaiterait pas accéder à la demande du Suisse qui veut un contrat à vie comme Michael Jordan, LeBron James et Cristiano Ronaldo. Federer a obtenu un tel accord avec son fournisseur de raquette, Wilson.