Tennis

Le numéro un belge David Goffin, 7e joueur mondial, s'est hissé mardi au 2e tour de l'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem de la saison disputée sur surface dure sur le site de Melbourne Park.

Il a fallu plus de 2h30 au Liégeois pour se défaire du qualifié allemand Matthias Bachinger (ATP 182), 30 ans. David Goffin s'est incliné dans le premier set au tie-break avant de finalement prendre le dessus sur son adversaire, sur le "Show Court 3", sur le score de 6-7 (3/7) 6-3 6-2 6-4. Au prochain tour l'attend un affrontement avec le Français Julien Benneteau, 59e mondial. L'expérimenté droitier a également eu besoin de 4 sets pour s'extirper du premier tour, face au Japonais Taro Daniel (ATP 96): 6-7 (6/8), 7-6 (7/5), 6-4, 6-1.


"Ce n'était pas facile de trouver mon rythme"

"Dans l'ensemble, c'est une première victoire plus ou moins bien gérée", a commenté David Goffin (ATP 7) qui a remporté mardi à Melbourne Park son premier match officiel de l'année 2018 en franchissant le premier tour de l'Open d'Australie de tennis. Sur le Show Court 3, le Liégeois, 27 ans, a pris la mesure de l'Allemand Matthias Bachinger (ATP 184), 30 ans, issu des qualifications, 6-7 (3/7), 6-3, 6-2 et 6-4, après avoir concédé le premier set.

"Ce n'est jamais évident d'affronter un qualifié au premier tour, car il a déjà trois matches dans les jambes", a-t-il rappelé. "Ce n'était pas facile non plus de trouver mon rythme. Il y avait un petit vent qui tournait et lui a très bien joué au début. Il était très agressif, il frappait fort à plat et sa balle fusait sur ce court très rapide. J'étais un peu trop loin de ma ligne de fond, mais je n'ai pas paniqué. Je savais qu'avec mon style de jeu, le temps jouait en ma faveur, et que cela irait de mieux en mieux. Une fois que j'ai débreaké au deuxième set, j'ai commencé à mieux servir, à trouver plus de longueur de balle et il a éprouvé de plus en plus de difficultés. C'était mon premier match officiel et je suis content de commencer par une victoire..."

Jeudi, alors que l'on annonce des températures caniculaires, c'est une bonne connaissance que David Goffin retrouvera au deuxième tour. Julien Benneteau (ATP 59), qu'il a encore croisé à Lille lors de la finale de la Coupe Davis, où le Français était remplaçant. Le Bressan, 36 ans, reste d'ailleurs sur une victoire contre lui au tournoi Masters 1000 de Paris-Bercy.

"Il avait fait un super tournoi à Bercy quand il m'a battu fin de l'année dernière. Là, il vient encore de disputer un bon match en quatre sets contre le Japonais Taro Daniel. Après, les conditions seront apparemment très compliquées dans deux jours, avec la température qui va augmenter. Cela va également avoir un impact. Il sert très bien, il peut contrer avec son très bon revers. Maintenant, j'ai aussi réussi à le battre à l'US Open. Ce sera un match difficile, mais en Grand Chelem les matches sont différents des autres", conclut Goffin.


Van Cleemput: "Atteindre un autre niveau de jeu contre Benneteau"

Qu'a pensé Thierry Van Cleemput, le coach de David Goffin (ATP 7), du premier tour de son protégé mardi à Melbourne contre l'Allemand Matthias Bachinger (ATP 184) ?

"Je m'attendais à ce genre de match", confie le Hennuyer. "J'ai pour philosophie de me méfier des qualifiés. David avait en outre déjà affronté Bachinger, notamment lorsqu'il avait gagné l'Ethias Trophy de Mons, et cela n'avait pas été facile. Il fallait s'adapter et visiblement David n'a pas su le faire en début de match, avec un premier jeu qui s'est soldé par toutes des premières frappes trop longues. Maintenant, il aurait dû gagner le premier set. Il est reparti du bon pied dans le deuxième et après s'être fait breaker, il s'est dit que là, il fallait se mettre à jouer et j'ai vu autre chose dans les intentions et dans la profondeur du premier coup de raquette".

Thierry Van Cleemput est donc satisfait que David Goffin ait franchi ce premier tour à Melbourne, où il est très attendu suite à sa fin de saison 2017 tonitruante. Le coach considère, cela dit, que si le n°1 belge désire assouvir ses ambitions lors de ce premier Grand Chelem de l'année, il va devoir monter en régime.

"L'attitude a été bonne, mais désormais, ce qu'il va falloir, c'est atteindre un meilleur niveau de jeu", poursuit-il en effet. "Et s'adapter aux conditions extrêmes que l'on risque de rencontrer jeudi. Mais cela on le sait, ce sont les caractéristiques du tournoi ici en Australie. Il va donc surtout falloir hausser le niveau de jeu, car Benneteau est dans une très bonne spirale. Il y a des bruits de couloir et, à l'entraînement, il est en grosse confiance. Ce sera vraiment un match piège", conclut Thierry Van Cleemput.