Tennis

Parfum romain à Rotterdam!

Jeudi 12 mai 2016. Tournoi de Rome sur terre battue. Opposé au Tchèque Tomas Berdych, à l’époque huitième joueur mondial, David Goffin est en état de grâce. Au sommet de son art, il transforme en points gagnants toutes les balles. Il marche littéralement sur l’eau.

Une véritable exhibition qui se clôture par un terrible 6-0, 6-0 emballé et pesé en moins de 50 minutes. La double roue de bicyclette dans toute sa splendeur. "David a signé de très grands matches. Il a déjà battu Djokovic, Nadal et Federer. Mais, à mes yeux, cette rencontre face à Berdych est tout simplement la meilleure de sa carrière. Il n’a rien raté", se souvient son coach Thierry Van Cleemput. À la lecture du score, on pourrait imaginer que Berdych était blessé, souffrant ou dans un jour sans. Mais pas du tout. Il a juste été baladé d’un bout à l’autre du court par un adversaire sublimé. "C’était mon jour. Je ne sais pas trop pourquoi. Tout me réussissait. J’étais presque gêné pour lui", confia le Liégeois après sa rencontre.

Nul doute que les deux joueurs se souviendront de ce match historique lorsqu’ils se retrouveront, ce vendredi, en quart de finale du tournoi de Rotterdam. Depuis 2016, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Goffin a acquis une nouvelle dimension, se hissant dans le Top 10 mondial. Berdych, au contraire, a légèrement rétrogradé dans la hiérarchie (il est aujourd’hui 19e au ranking). Mais le géant tchèque, âgé de 32 ans, aura sûrement à cœur de prendre sa revanche. Avant le fameux match du Foro Italico, Berdych avait remporté ses deux duels face au Belge, sans perdre le moindre set : à l’US Open en 2012 et à l’Open de Marseille en 2016. Lors des deux dernières saisons, le natif de Valasske a connu quelques soucis physiques : une opération de l’appendicite après sa demi-finale à Wimbledon en 2016 et une blessure au dos à l’été 2017 ont freiné ses résultats. Mais il revient plutôt en bonne forme en ce début de saison. Avant sa défaite face à Federer en quart de finale, il avait ainsi battu Del Potro et Fognini à l’Open d’Australie.