Tennis Le Belge a retrouvé le sourire et il est prêt à créer un nouvel exploit.

Même si Federer se présente comme le favori de ce duel, David Goffin ne s’avoue pas vaincu d’avance. Il a démontré qu’il avait des ressources tout au long de la semaine après avoir décroché sa qualification, la première pour un joueur belge, en demi-finale de tournoi.

Depuis quelques saisons vous enchaînez les premières pour le tennis masculin belge, mais que signifie cette demi-finale historique ?

"C’est une performance particulière… Se retrouver au Masters était déjà une grande satisfaction, j’espérais bien jouer et au final je gagne deux matchs et je me retrouve en demi-finales : c’est incroyable. J’espère encore faire un gros match samedi contre Roger qui est le défi ultime sur une telle surface en indoor . Je vais essayer d’en profiter, de faire un gros match. C’est un chouette moment et puis en fin de saison après la blessure que j’ai eu en milieu d’année quelque part je suis récompensé des efforts faits pour revenir. Ce n’est que du bonheur."

Comment avez-vous réussi à rebondir après cette terrible journée face à Dimitrov ?

"Déjà je savais que Dominic a un jeu qui me convient bien, alors que lui n’aime pas trop le mien. Cela m’a reboosté de me dire qu’il allait avoir des difficultés face à moi. Même si ça ne s’est peut-être pas vu, j’étais quand même assez nerveux aujourd’hui surtout à la fin quand je sentais qu’il n’était plus trop dedans mais qu’il fallait quand même continuer à être agressif, à faire le jeu, à bien servir. L’entraînement de jeudi m’a fait du bien, me reposer aussi. Après il fallait tout donner. Quand on fait ce métier, à chaque match on s’expose, on est sous les projecteurs mais je vois plus ça comme une opportunité maintenant de faire un grand match face au plus grand joueur de tous les temps."

Quelle sera votre approche face à Federer, qui ne vous réussit pas généralement ?

"Je n’ai jamais trouvé la clé pour le battre. Honnêtement, je ne sais pas quoi faire samedi. Mais je vais tenter des choses différentes, des choses que je n’ai encore jamais tentées face à lui. Je vais évidemment essayer de faire un meilleur match qu’à Bâle… Il est toujours si agressif et retourne tellement bien… Il sait tout faire, a réponse à tout sur une surface comme ça en indoor où ça va super vite avec un rebond très bas. J’ai des frappes à bonne hauteur et en cadence, ce qui lui convient car il peut s’appuyer dessus et avancer. On va discuter avec Thierry et voir ce qu’on peut faire pour changer quelque chose."

Il y aura beaucoup de fatigue à la fin de cette saison mais est-ce que cette semaine à Londres vous a aussi donné ce supplément de confiance qui pourrait faire la différence la saison prochaine ?

"Je l’espère. Et j’espère que la Coupe Davis va encore m’en donner encore plus après (sourire). Petit à petit, je vais de plus en plus loin, de plus en plus haut. Mon classement évolue et chaque année j’arrive à progresser. Les résultats font du bien mais le plus important est de se concentrer sur ce qu’on doit améliorer. Mais c’est sûr que de voir que ça paie avec des résultats comme ça donne encore plus envie d’aller travailler, de se booster et on verra bien jusqu’où je peux aller."