Tennis Le champion belge dispute ce dimanche la finale du tournoi de Sofia.

David Goffin tentera de remporter, cet après-midi, à Sofia, le troisième titre ATP de sa carrière après ses victoires à Kitzbühel et à Metz en 2014.

Hier, en demi-finale, au terme d’un marathon aux allures de thriller, le Liégeois s’est imposé en trois sets (7-5, 4-6, 7-6) face au redoutable joueur espagnol Raul Bautista-Agut (ATP 16) qu’il n’avait jamais réussi à battre auparavant. "Le match s’est vraiment joué à peu de chose et pouvait basculer d’un côté comme de l’autre. C’était une vraie bataille à la fois physique et mentale. Et je suis évidemment très heureux de m’être finalement imposé face à un rival aussi solide. J’ai essayé d’être à la fois agressif et offensif. De ne rien lâcher. J’ai été récompensé…"

C’est face au Bulgare Grigor Dimitrov (25 ans, ATP 13), facile vainqueur du Géorgien Basilashvili, que Goffin disputera la septième finale ATP de sa carrière. Sa tâche s’annonce évidemment très compliquée. D’abord parce que Dimitrov est le régional du tournoi et sera, fort logiquement, très motivé et porté par tout le public. Ensuite parce que l’ancien fiancé de Maria Sharapova est l’une des bêtes noires du champion belge qui n’a jamais réussi à s’imposer lors de leurs cinq précédentes confrontations. Leur dernier face-à-face date du mois dernier, lors de l’Open d’Australie. Impérial, Dimitrov s’était imposé en trois sets, sans jamais être mis en réel danger. "Il va falloir que j’élève mon niveau de jeu et que je trouve de nouvelles solutions tactiques pour le battre. C’est un joueur très complet et il aura, en prime, le soutien de tous les spectateurs. À Melbourne, je n’avais pas très bien servi. C’était la clé. Si mes premières balles passent davantage, ce sera peut-être un match différent…"

Samedi, il a fallu 2h45 au protégé de Thierry Van Cleemput pour porter l’estocade face au matador espagnol. Plein de rebondissements, très équilibré et d’excellent niveau, le match se joua, au bout du suspense, dans le tie-break du dernier set. Maîtrisant bien ses nerfs, servant d’importantes premières balles et réussissant quelques coups improbables (comme ce fabuleux passing de long de la ligne qui lui permit de s’offrir une balle de match à 5-3), David arracha la victoire à la fois grâce à son talent et à ses tripes.

Il est évident que cette demi-finale aura laissé des traces physiques. Mais on est sûr que David donnera tout, ce dimanche, pour forcer les portes d’un nouvel exploit et savourer une belle revanche face à ce diable de Dimitrov. "Je vais essayer me reposer. Je me sens bien, j’ai de bonnes sensations", confiait-il en quittant l’Arena.