Tennis

Le timide Sud-Coréen joue l’acier à Miami dans la lignée d’un excellent début de saison. La révélation de Melbourne ne fait pas de bruit hors du court mais devient incontournable dessus.

Seul Juan Martin Del Potro (20) a gagné plus de matches que Hyeon Chung (18) depuis le début de la saison. Le Sud-Coréen de 21 ans a encore fait forte impression mardi à Miami face au tombeur de David Goffin, Joao Sousa (6-4,6-3). Demi-finaliste à Melbourne, l’actuel 23e joueur mondial qui devrait finir dans le Top 20 après ce tournoi n’a même pas été breaké une seule fois depuis qu’il a mis les pieds en Floride. “Je ne savais pas !”, rit-il quand on lui dit ça. “A l’intersaison cet hiver j’ai travaillé dur sur mon service pour faire des progrès, j’ai changé des petits détails, rien de fondamental mais manifestement ça fonctionne bien.” Cela fonctionne même très bien et explique pourquoi il n’a pas perdu avant les quarts de finale depuis le début de la saison.

Une régularité qui est importante pour un jeune joueur qui a déjà parfaitement identifié les clés du succès. “J’essaie d’être tout le temps concentré sur ce que je fais. J’ai aussi vu combien Federer, Nadal et Djokovic ont été réguliers semaine après semaine dans leur carrière et j’essaie de m’en inspirer pour être très solide moi aussi dans chaque tournoi. Et puis plus je gagne de matches plus je prends confiance en moi.” Déjà star en son pays avec le potentiel de le devenir partout en Asie avec ce que cela signifie de retombées financières, Chung tient à être bon partout tout le temps. Le reste du monde semble en plus prêt à tomber dans la “Chung mania” à la première grande occasion venue.

Et pourtant le garçon a l’air très peu sensible à la pression et aux attentes. “J’essaie juste de prendre du plaisir sur le court, c’est pour ça que j’ai très bien joué depuis. Même si oui c’est un peu toujours la folie à la maison (sourire). Il y a beaucoup de jeunes joueurs dans les tableaux en ce moment mais je ne sens pas de pression particulière.” A Miami, il a joué en double avec le Canadien de 18 ans Denis Shapovalov qui devrait être l’un de ses grands rivaux dans les années à venir. “On est amis et rivaux, je pense que c’est possible et on le voit avec Roger et Rafa.” Quant à John Isner son futur adversaire ? “Je vais devoir bien retourner.” Avec Chung, tout paraît si simple !