Tennis

Analyse

Novembre 2002 - janvier 2007. Quatre années et deux mois de conte de fée. Ou presque. Novembre 2002, Justine Henin convole en justes noces avec Pierre-Yves Hardenne qu'elle connaît depuis une paire d'années. Janvier 2007 : tout porte à croire que Justine et Pierre-Yves ont décidé de mettre un terme à leur mariage.

La joueuse a en effet annoncé jeudi qu'elle renonçait aux deux premières épreuves de l'année. Dont le très important Australian Open, qu'elle a déjà remporté une fois et dont elle a disputé la finale il y a douze mois. Les raisons évoquées par la championne sont "d'ordre familial et privé". Très vite, cependant, le monde du tennis et des médias a appris que c'était en raison de problèmes conjugaux que la première joueuse mondiale avait renoncé à la tournée australienne, se privant de la sorte de la première place mondiale qu'elle occupe depuis sa victoire au Masters en novembre dernier. Il est évident que nous ne nous étendrons pas ici sur les raisons qui ont provoqué cette séparation.

Fleuve tranquille

Chaque couple vit ses propres tourments et le fait que les Henin-Hardenne soient des gens connus ne nous permet pas de nous immiscer dans leur sphère privée. Cela étant, l'histoire même de la championne tend à prouver que chaque événement de sa vie privée a un impact assez important sur sa carrière et sur ses résultats. Or, on sait que la vie de Justine n'a rien d'un long fleuve tranquille. Attirée très tôt par le monde du sport (foot et tennis), elle vit sa prime jeunesse entourée d'une famille aimante composée de deux parents, de deux frères aînés et d'une soeur cadette. Lorsqu'elle commence à pointer le bout de la raquette vers les sommets européens, elle perd sa maman alors qu'elle n'a encore que quinze ans. Il s'agit d'une première terrible déchirure. D'une part, perdre sa mère constitue toujours un choc éprouvant; d'autre part, Justine avait fait la promesse à sa maman de terminer ses humanités, alors que la plupart de ses collègues tenniswomen quittent les bancs de l'école vers 14 ou 15 ans. Pendant une ou deux années, cette promesse minera Justine qui finira par prendre la décision de se consacrer entièrement au tennis, un an avant le diplôme du secondaire.

Carlos le fidèle

Dans le même temps, en l'absence de l'amour maternel, les relations de Justine avec son père et ses deux frères se détériorent. A tel point que, à l'aube de ses vingt ans, Justine décide de rompre totalement, quittant la maison familiale et refusant tout contact tant avec José, le père, qu'avec ses deux frères. Cette deuxième rupture - volontaire et salutaire - libérera pour un temps la championne junior de Roland Garros mais la plongera également dans une certaine solitude lors des tournois internationaux. Il faut en effet savoir que, généralement, les joueuses de haut niveau sont chouchoutées, qui par les deux parents, qui par la mère ou le père. Si l'on ne prend que l'exemple de Kim Clijsters, chacun se souvient l'avoir toujours vue être accompagnée au minimum de l'un de ses deux parents. Pour Justine, rien de tout cela. Seul son fidèle coach, Carlos Rodriguez, l'aidera, tennistiquement mais aussi émotionnellement. Il jouera en fait deux saisons durant le rôle d'entraîneur, de deuxième papa, de grand frère et de soutien. Beaucoup pour un seul homme. Pas assez pour une jeune femme en quête de pouvoir mondial.

Heureusement, à l'occasion d'un repos pour blessure et alors qu'elle fréquente encore le club de tennis de Han-Sur-Lesse dont son papa est juge-arbitre, Justine rencontre un certain Pierre-Yves Hardenne, ceinture marron de judo et aspirant joueur de tennis. Lequel s'impose dans la catégorie la plus basse et reçoit son prix des mains de sa future dont il ne connaît ni le nom, ni le talent. L'amour s'installe. Quelques mois plus tard, Justine quitte donc le giron paternel. Pas à cause de son fiancé, loin de là, mais bien parce que la pression familiale nuit gravement à son évolution sportive. Et, en novembre 2002, elle épouse son bel époux. Qu'elle aime profondément et qui, en plus de l'amour, lui offre l'équilibre familial qu'elle recherche tant depuis la mort de sa maman et la rupture avec son paternel.

Depuis que Pierre-Yves voyage avec sa femme, cette dernière ne doit plus chercher uniquement le regard de son coach mais peut également se reposer sur celui de sa moitié.

Promesse à Maman

Après une année 2002 de bon niveau, elle éclatera en 2003, remportant Roland Garros et l'US Open et occupant pour la première fois la première place mondiale. Cela étant, le mariage ne s'est pas apparenté qu'à un seul conte de fée. Pierre-Yves, très vite, en a eu marre de n'être qu'un porteur d'eau. Beaucoup lui ont reproché de ne rien faire et de gagner beaucoup d'argent alors que lui-même a toujours avancé qu'il préférerait travailler et ne pas accompagner sans cesse son épouse. Cette dernière refusera cependant ce compromis, consciente de l'importance que revêtait la présence à ses côtés de son mari. Le couple a donc connu des tourments, qui ont pu influencer les résultats.

Jusqu'à aujourd'hui, les deux époux avaient cependant réussi à régler leurs problèmes - comme le font tant d'autres couples dits normaux. La belle histoire semble cependant maintenant bel et bien terminée. Si, comme tout divorce, cette séparation est douloureuse du point de vue humain, elle risque également d'avoir un sérieux impact sur la carrière de la numéro 1 mondiale. Laquelle va cependant certainement se recentrer très vite sur son tennis. Depuis qu'elle est toute petite, c'est en effet en se fixant des objectifs tennistiques que Justine Henin a surmonté ses déboires et ses drames. Elle avait promis à sa maman de gagner au moins une fois Roland Garros : elle l'a remporté trois fois. Elle s'était juré d'être une fois numéro un mondiale : elle l'a été pendant de nombreux mois. Elle voulait offrir une médaille d'or à la Belgique alors qu'elle sortait d'une première période sombre : elle est montée sur la plus haute marche du podium à Athènes.

Aujourd'hui, elle va sûrement vouloir prouver que sa vie, décidément, c'est le tennis. Et nul doute que Carlos Rodriguez sera là, encore et toujours, pour l'accompagner.