Tennis

ENVOYÉ SPÉCIAL À MELBOURNE

On espère pour elle qu'elle bénéficiera encore un jour d'une opportunité pareille... Passer plus près de disputer une finale d'une levée du Grand Chelem doit, en effet, être impossible. Kim Clijsters (WTA 4) a gâché, jeudi à Melbourne, une occasion incroyable de disputer la première finale de l'Australian Open de sa carrière. Dans la Rod Laver Arena, la jeune Limbourgeoise a ainsi laissé filer un avantage de 5-1 dans le dernier set et deux balles de match à 5-2 pour finir par s'incliner 4-6, 6-3 et 7-5 contre Serena Williams (WTA 1).

`Je suis déçue, c'est clair, confia-t-elle à l'issue de la partie. Et le fait d'avoir bénéficié de balles de match rend les choses encore plus dures. Il n'empêche, je crois que j'ai livré un superbe match et que je peux sortir la tête haute. J'ai donné tout ce que j'avais et je suis passée tout près de la victoire. C'est la preuve que je me suis rapprochée d'elle. Pour le reste, c'est elle qui a haussé le niveau de son jeu et a pris les risques nécessaires. Elle n'a quasiment plus commis la moindre faute directe et a sorti quelques grands coups aux bons moments. Tout le mérite lui revient...´

Il faut avoir disputé des tournois de tennis un jour, dans sa vie pour comprendre tous les retournements de situation qui peuvent se produire sur un court. Ce n'est pas comme au football, où il y a moyen de gérer un avantage en attendant la fin du temps réglementaire. Raquette en mains, il faut toujours faire le dernier point. Kim Clijsters n'y est pas parvenue à 5-2, Serena Williams sauvant il est vrai ces deux balles de match avec beaucoup de cran.

Lucidité exemplaire

`Sincèrement, je n'étais pas nerveuse au moment de finir le match, ajouta Kim. Simplement, si elle se met à pratiquer son meilleur tennis, à frapper plus fort et à toucher les lignes comme elle l'a fait à la fin, cela devient très difficile. Je ne peux pas m'en vouloir. La seule chose que je puisse peut-être me reprocher est d'avoir frappé ces deux doubles fautes à 5-4 lorsque j'ai pu servir une deuxième fois pour le gain de la rencontre. Mais bon, je suis tout de même revenue à 30-30 dans ce jeu. J'ai continué à essayer, j'ai continué à me battre, mais cela n'a pas suffi. Pour moi, c'est d'ailleurs Serena qui gagnera le tournoi.´

D'autres à sa place auraient sans doute figuré dans le trente-sixième dessous au moment de venir à l'interview. Ils ou elles auraient, à juste titre, pesté contre le fait d'avoir galvaudé une telle opportunité. Kim Clijsters affichait, en revanche, à la stupeur de bon nombre de journalistes, une mine particulièrement sereine dans la grande salle d'interview. C'est un petit peu comme si cette défaite ne la touchait pas...

S'il est clair que cette insouciance lui a sans doute déjà permis de réaliser de brillantes performances dans sa carrière elle l'a peut-être aussi empêché, jeudi à Melbourne, de disputer la deuxième finale d'une levée du Grand Chelem de sa carrière. Au moment crucial, en effet, la petite amie de Lleyton Hewitt n'a pas réussi à la transposer en instinct de tueuse, laissant en quelque sorte l'initiative à Serena Williams de décider elle-même de l'issue de la rencontre.

`J'ai savouré chaque point´

`Même si j'ai perdu, j'ai savouré chaque instant de cette rencontre, glissa-t-elle encore. Ce fut vraiment génial d'être là, sur ce court central, devant ce public qui m'a encouragé de manière formidable. C'est cela qu'il y a de bien avec le tennis. S'il laisse peu de temps pour profiter des victoires, il en laisse également peu pour retenir les défaites...´

Quoi qu'il en soit, ce sont entre-temps les soeurs Williams qui disputeront samedi, la quatrième finale d'affilée d'une levée du Grand Chelem.

© Les Sports 2003