Tennis

Elle assure qu'elle ouvrira des yeux grands comme ça. Kirsten Flipkens fêtera, cette semaine, à 17 ans, sa première sélection dans l'équipe belge de Fed Cup dans le cadre de la phase finale de l'épreuve réunissant aussi les Etats-Unis, la France et la Russie à Moscou.

«Je ne sais pas si je dois remercier Kim et Justine d'avoir renoncé à participer, sourit-elle. Il est vrai que, suite à leurs forfaits, j'obtiens une occasion unique de découvrir cette compétition. Mais, d'un autre côté, j'aurais préféré qu'elles jouent. J'aurais aimé que la Belgique remporte cette Fed Cup. C'est dommage qu'elles soient absentes, mais je peux les comprendre. La saison a été très longue pour elles...»

Lauréate de deux levées du Grand Chelem chez les juniores, à Wimbledon et à l'US Open, actuel numéro un de sa catégorie, championne de Belgique de Série A, la petite Campinoise a connu une saison au-delà de ses espérances. Cette participation à la phase finale de la Fed Cup s'assimile, quelque part, à la cerise sur le gâteau.

«Je pense que, quoi qu'il arrive, je vais connaître une expérience fabuleuse dont je tirerai beaucoup de bénéfices pour la suite de ma carrière. Je peux encore être dépossédée de ma première place mondiale chez les juniores, mais uniquement si Michaela Krajicek remporte l'Orange Bowl, le mois prochain. Je ne pourrai, pour ma part, y participer, car je ferai partie de l'exhibition de Justine Henin à Bruxelles. Cela fait plaisir d'être reconnue, même si ce n'est pas toujours agréable d'être dévisagée voire importunée lorsque je me trouve dans un lieu public. La situation, cela dit, n'est pas aussi extrême que celle de Kim et de Justine.»

Kirsten Flipkens, après tout, n'est encore que 363e joueuse mondiale. Ses performances sur le court, certes, lui ont déjà valu pas mal de publicité. Invitée de divers talk shows, côte flamand, elle a ainsi pu s'adonner, récemment, à son passe-temps favori, le... football, avec Patrick Goots, l'attaquant de l'Antwerp, dans le cadre de l'émission «Sportweekend» sur la VRT.

«Sabine Appelmans nous a réunis lors d'un reportage au Bosuil. J'adore le foot. J'ai d'ailleurs joué à l'attaque à Mol jusqu'à l'âge de 10 ans. Anderlecht est mon club favori et Daniel Zitka mon joueur préféré. C'est l'un des rares avec qui j'ai déjà eu l'occasion de m'entretenir. Il est très sympa.»

Et cette notoriété pourrait bien jouer en sa faveur au moment où Ivo Van Aken, le capitaine belge, sera appelé à dévoiler son équipe, ce mardi midi, pour la demi-finale contre les Etats-Unis, mercredi et jeudi. S'il ne souffre aucun doute qu'Els Callens sera alignée en simple et en double, la native de Mol pourrait bien être préférée à Caroline Maes et Elke Clijsters pour l'épauler.

«C'est possible. Il faudra sans doute ramer avec les moyens du bord, mais je suis très motivée. Je ne sais pas si je serai capable de mener la vie dure à Shaughnessy ou Stevenson. Il est clair que le rythme des échanges sera très élevé et peut-être difficile à tenir. J'aurai un coach ainsi que toute une équipe pour me soutenir si jamais je suis amenée à jouer. Je m'accrocherai, en tout cas, sur toutes les balles...»

© Les Sports 2003