Tennis

ENTRETIEN

L'Association francophone de tennis est-elle à la croisée des chemins? Elle est en tout cas à la recherche d'un nouvel homme fort. André Stein, son président, fait le point sur une rentrée mouvementée.

Pourquoi Jean-Claude Moretti a-t-il été déchargé de sa fonction de directeur sportif?

La politique sportive de l'AFT est devenue plus pointue et la fonction de directeur sportif n'est pas simple... Malgré ses qualités, Jean-Claude Moretti n'est pas cet homme. Mais, à l'heure actuelle, je n'ai pas d'autre nom à avancer. Disons que M. Moretti, qui est un ami personnel, a été dépassé par sa mission. Il reste bien entendu à l'AFT où il remplira des missions bien définies. A sa place, il nous faudra un véritable chef et cela ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval. Ainsi, je ne pense pas que cet homme viendra du cercle fermé des anciennes séries A ou des moniteurs, il pourrait très bien venir du privé.

On parle d'un déficit assez important sur l'exercice 2002?

C'est vrai mais je n'ai pas encore de chiffre. Tout ce que je peux dire, c'est que le budget de l'exercice 2003 sera en équilibre. Vous savez, il faut utiliser les bonnes personnes aux bonnes places. Si je suis capable d'établir un budget, je ne peux pas conseiller Justine sur la manière adéquate de frapper un coup droit. Je le répète, notre structure est devenue plus pointue et nous avons besoin de compétences spécifiques pour chaque poste.

Comment s'opère cette restructuration?

En douceur... Le conseil d'administration a délégué Christian Van Herck pour mettre en place un nouvel organigramme, il nous le soumettra le 28 septembre. En attendant, la direction sportive est assurée par un quatuor formé par Carlos Rodriguez, Thierry Van Cleemput, William Froidville et Jacques Leriche. En aucun cas, les jeunes du Centre n'auront à souffrir de cette transition. Ils auront toujours le service maximum.

On parle beaucoup du départ de Justine Henin à Saddelbrook Tennis Center - ex-Hopman Academy -, qu'en est-il exactement?

Justine reste à l'AFT, elle garde Carlos Rodriguez en tant que coach et lui-même reste à l'AFT... Comme tout le monde, je crois que Justine a besoin de racines. Je peux d'ailleurs vous dire qu'elle jouera la Fed Cup en 2003 pour la Belgique.

Comment gérez-vous le boum du tennis, n'avez-vous pas peur qu'à l'instar du tennis de table avec l'effet Jean-Mi, que le soufflet ne retombe en même temps que les performances de Justine et de Kim?

Je dirais que nous n'avons pas attendu l'avènement de Justine et de Kim pour avoir 200000 membres et sans vouloir dénigrer, je pense que la Fédération de Tennis de Table n'était pas structurée comme nous l'étions pour faire face à un tel engouement du public.

N'y a-t-il aucun effet pervers?

L'effet pervers serait de refuser des jeunes parce que les structures ou les infrastructures ne suivent pas. Mais là, je dirais que l'AFT ne sait rien y faire, c'est aux clubs à s'adapter.

© Les Sports 2002