Tennis

Kim Clijsters aura donc tout fait durant ces Diamond Games ! Déjà promue directrice du tournoi, elle a également dû remplacer au pied levé, hier, Carla Suarez lors de la finale. Blessée, l’Espagnole n’était pas en mesure de défendre ses chances face à l’Allemande Andrea Petkovic. "Je me suis réveillée ce matin avec une forte douleur sur le côté gauche de la nuque. J’ai été traitée aussitôt par le physio du tournoi. J’ai fait un test sur le court. Mais la douleur était toujours présente. La mort dans l’âme, j’ai donc dû me résoudre à déclarer forfait", expliqua la joueuse des Iles Canaries qui rêvait de s’adjuger le premier tournoi indoor de sa carrière.

Faute de plan B, c’est donc Kim Clijsters - qui avait déjà disputé un peu plus tôt un match exhibition de double avec Dick Norman - qui monta sur le court pour défier Petkovic sous les applaudissements d’une foule qui n’avait, de toute façon, d’yeux que pour elle ! Quelque part, une partie du public anversois ne devait d’ailleurs pas regretter ce curieux changement de casting.

"J’ai fait avec les moyens du bord…."

Au demeurant, l’ancienne n°1 mondiale signa, ici ou là, de superbes points, se risquant même à quelques grands écarts qui firent trembler les murs du bon vieux Sportpaleis. "Ce fut une journée un peu folle ! J’ai dû courir dans tous les sens et régler une multitude de problèmes. Je ne m’attendais vraiment pas à jouer en simple. Mais, bon, j’ai fait avec les moyens du bord…." confia Kim, victorieuse 5-3 de cette fausse finale.

In fine, c’est évidemment dans les mains d’Andrea Petkovic qu’aboutit la fameuse raquette en or sertie de diamants, évaluée à 1,3 million d’euros. Agée de 27 ans, Petkovic est l’une des joueuses les plus sympathiques et les plus douées de sa génération. Sa carrière a malheureusement été freinée par de nombreuses blessures, notamment aux genoux. La revoilà aujourd’hui dans le haut de l’affiche. Après son sacre anversois (le sixième titre WTA depuis ses débuts pros), elle réintègrera, ce lundi, le Top 10 mondial. En attendant mieux. "Je suis évidemment très heureuse de cette victoire. Mais il est clair que j’aurais préféré la remporter sur le court, après un beau match. Là, je ressens une étrange impression, comme si je n’avais pas terminé le travail…"

"Ce serait chouette de la ramener à la maison"

L’Allemande reviendra, bien sûr, l’an prochain avec le secret espoir de devenir la propriétaire du fameux trophée. Pour rappel, il faut gagner deux fois le tournoi en l’espace de trois ans pour hériter de la mythique raquette. "Cette fois, j’ai à peine eu l’occasion de la toucher. C’était pas mal mais ce serait chouette de la ramener à la maison…"

Sûr que pour fêter cela, elle improviserait quelques pas de sa célèbre Petkodance qui a fait sa notoriété sur le web….