Tennis On va finir par se poser la question tant la ville semble prise pour la deuxième année de suite par la Federer-mania.

Vendredi à 17 heures, il y avait 5.688 personnes sur le central de la Hopman Cup alors que la compétition n’a même pas encore commencé. Que venaient faire tous ces gens dans la Perth Arena au lieu de flâner sur la plage ?

Admirer Roger Federer à l’entraînement. Et oui, pour la deuxième année consécutive, le Suisse affole les fans dans la ville du Sud-Ouest de l’Australie. Il avait fait salle comble pour un entraînement public en décembre 2016 et il a récidivé un an plus tard. "Je suis tellement heureux d’être là, merci à tous d’avoir fait le déplacement", a lancé l’idole à la foule.

Jeudi, il avait fait le tour de la toile en prenant un selfie avec… quokka, petit animal que l’on trouve à Rottnest Island où le tournoi avait envoyé le Suisse en hélicoptère pour une séance médiatique. Mais quand il ne joue pas à l’ambassadeur de Perth ni à la rock star locale, Roger Federer se prépare sérieusement pour ne pas rater sa rentrée. Le Suisse a vécu une saison miraculeuse en 2017, mais a eu du mal à finir alors il n’est pas ébloui par les paillettes de Perth ni par le culte que les amateurs de tennis lui vouent. Il a coupé à peine deux semaines cet hiver, lâche un "ça ne m’a pas suffi, mais il fallait retourner à l’entraînement" avant de confier dans la même phrase qu’il est "satisfait de sa préparation" et "joue bien à l’entraînement".

Pour avoir vu quelques coups droits expédiés à la vitesse de l’éclair le long de la ligne, on le croit volontiers. Tenant du titre à Melbourne, il ne revient cette fois plus de blessure comme l’an dernier même si son dos a donné de nouveaux avertissements cet été.

Souriant, blagueur , Roger Federer n’est pas sous pression : il est vigilant, prudent aussi, mais surtout sûr de ses forces. Associé à Belinda Bencic pour ce tournoi mixte, il a certainement envie cette fois d’aller au bout après avoir perdu en demi-finale l’an passé. Ce serait de nouveau un petit accident industriel si jamais le tournoi ne pouvait pas se targuer d’avoir Federer à son palmarès compte tenu aussi, on l’imagine, de l’investissement pour faire venir le n° 2 mondial à Perth. Alors que Novak Djokovic a de nouveau mal au coude, que Rafael Nadal a vu sa préparation tronquée par des problèmes de genoux et qu’Andy Murray grince toujours de la hanche, Roger Federer et ses 36 printemps sont encore la valeur sûre du circuit.

À Perth, l’homme aux 19 majeurs se prépare comme à la maison avec une ville entière à ses pieds. "Je me réjouis énormément de la saison qui arrive", a-t-il ainsi confié. Quand on joue tout le temps à domicile, ça aide !