Tennis

BRUXELLES Kim Clijsters n°1 mondial: l'hypothétique passage de témoin entre Serena Williams et notre compatriote va prendre une tournure très concrète dans les prochains jours, l'Américaine ayant déclaré forfait pour l'US Open. L'heure du couronnement est arrivé pour la jeune Limbourgeoise...

«C'est un événement exceptionnel qu'il convient d'apprécier à sa juste valeur, indique Steven Martens, directeur technique à la VTV. Lorsqu'on jette un oeil sur le nom des joueuses qui ont occupé un jour le premier rang mondial, on s'aperçoit que ce sont toutes de grandes championnes, de Martina Navratilova à Serena Williams, en passant par Monica Seles et Steffi Graf. Et il n'y a pas eu 25 noms ces dernières années! Etre n°1, ce n'est vraiment pas donné à tout le monde. Dans le cas de Kim, c'est le résultat de la combinaison de beaucoup de talent, d'une condition physique irréprochable et d'une grande force morale.»

Dans le climat d'euphorie qui enveloppe le tennis féminin belge, le capitaine de l'équipe nationale de Coupe Davis s'empresse toutefois de tempérer certaines ardeurs: «A côté de cela, et sans vouloir être trop négatif, il faut tout de même replacer cet accession au sommet de la hiérarchie dans un contexte défavorable à Serena Williams, qui a fait le choix de jouer peu de tournois pendant l'année et qui se blesse au moment où elle a beaucoup de points à défendre. Kim, elle, récolte les fruits d'une saison fantastique mais le plus difficile est à venir pour elle puisqu'elle devra à son tour défendre les nombreux points WTA conquis en fin de saison passée. Souvenez-vous: elle avait alors remporté 15 de ses 16 derniers matches de l'année! Pour moi, c'est la joueuse qui termine l'année en tête qui doit être considérée comme le véritable n°1 mondial. Et je pense que Serena reste, malgré tout, un ton au-dessus des autres.»

Quoi qu'il en soit, atteindre la tête du classement n'a jamais été une fin en soi pour la citoyenne de Bree, qui a encore tout à gagner. «C'est un phénomène typique chez les sportifs de haut niveau: on place la barre toujours plus haut, on se trouve sans cesse de nouveaux challenges, poursuit Steven Martens. Dans le cas de Kim Clijsters, c'est remporter une levée du Grand Chelem. Puis, deux, puis trois... J'espère en tout cas que cette place de n°1 conquise par Kim stimulera indirectement Justine Henin. Ce sont deux compétitrices hors pair et il est certain que la Belgique n'aura plus jamais deux joueuses de ce niveau simultanément. Je me dis même parfois que j'ai plus de chances de gagner le pactole au Lotto...»

© Les Sports 2003