Tennis Classé 138e mondial, l'Ucclois a réussi la performance de la nuit en venant à bout de Pablo Cuevas, tenant du titre à Rio de Janeiro.

Le grand public l'avait découvert à la faveur du forfait de David Goffin en Coupe Davis. Face au talentueux Allemand Alexander Zverev, dix-huitième mondial, Arthur De Greef avait fait ce qu'il avait pu, dans ce qui constituait l'un des premiers grands rendez-vous de sa jeune carrière. Au final, une défaite en trois sets: 6/3, 6/3, 6/4. Et le Belge, qui rendait 120 places à Zverev, ne s'était pas du tout montré ridicule malgré la défaite.

Moins d'un mois plus tard, le voilà qui réapparaît sur la terre battue de Rio de Janeiro. Et il le fait plutôt bien ! Dans la nuit de lundi à mardi, De Greef est venu à bout de Pablo Cuevas, classé trentième à l'ATP et surtout tenant du titre au Brésil. Il lui aura fallu plus de deux heures de jeu pour éliminer l'Argentin sur le score de 6/3, 3/6, 7/5. Sacrée perf' !

Un match agrémenté d'un point somptueux en toute fin de rencontre, alors que le score est de 6/3, 3/6, 6/5, avantage Cuevas. Acculé par les coups de boutoir de ce dernier, De Greef s'arrache pour reprendre une amortie délicieuse et la placer dans un angle impossible. Cuevas est sur la balle et rejoue long. Bien vu, mais c'est alors que De Greef sort un petit coup de poignet magistral, qui envoie la balle juste devant la ligne, hors de portée de son adversaire. 

Superbe, surtout avec deux heures de tennis dans les pattes. Quelques minutes plus tard, le joueur de vingt-quatre ans se qualifiera pour le deuxième tour de ce 500, après avoir battu le troisième "top 100" de sa carrière... et de loin le mieux classé. 

En 2015, De Greef avait battu Diego Schwartzmann, soixante-deuxième mondial, au premier tour du tournoi de Casablanca. L'année suivante, il était venu à bout du Brésilien Rogerio Dutra Silva, 84e, au Challenger de Milan. Jamais trois sans quatre, pour Arthur ?

A. He.