Tennis

ÉCLAIRAGE

Les fédérations tennistiques du pays font grand cas depuis plusieurs années d'un «boom» en matière d'affiliés depuis la fulgurante ascension de nos meilleurs joueurs - et surtout joueuses - au faîte de la hiérarchie mondiale. Si tous les acteurs du milieu (clubs, fédération, écoles de tennis...) reconnaissent cet état de fait, voyons comment cette situation se traduit dans les chiffres. Sur l'ensemble de la Belgique, le nombre de membres est passé de 1000, en 1902 à 203000, un siècle plus tard. Plus près de nous, le nombre d'affiliés aux fédérations de tennis (AFT côté francophone et VTV côté néerlandophone) a augmenté de 19000 unités sur l'ensemble de la Belgique ces dix dernières années.

Examinons de plus près les différentes composantes de cette progression.

1 Les chiffres sont clairs. 177136 personnes étaient inscrites sur les tablettes des fédérations tennistiques du pays en 1999, tandis qu'elles étaient 203604 l'année dernière. Un «boom» de 15000 personnes en trois ans, qui coïncide avec la percée de Justine Henin - pas encore Hardenne - et Kim Clijsters au plus haut niveau. La mode du tennis apparaît donc dans les chiffres.

2 Un phénomène inédit. Les pessimistes ont beau répéter à l'envi que le nombre de membres d'une fédération sportive augmente et diminue de manière cyclique, jamais une telle affluence des courts du pays n'avait été ressentie. Au moment de la démocratisation du sport, vers la fin des années 80, les membres des fédérations de tennis ont beaucoup progressé. C'est le cas entre 1988 et 1992, avec un bond de 13000 unités, mais l'affluence n'avait jamais atteint les sommets d'aujourd'hui - à l'image de nos joueurs professionnels.

3 Phénomène plus marqué en Flandre. Les membres affiliés à l'association francophone de tennis étaient 72258 en 2002. C'est moins qu'en 1986! Si l'Association francophone de tennis (AFT) a connu une augmentation de ses membres ces dernières années, elle n'est pas représentative de la vague sur laquelle surfe le sport à la balle jaune. «Cet état de fait est principalement dû à un manque de coopération entre les écoles de tennis et l'AFT, explique Franz Lemaire, secrétaire général de l'AFT. Les écoles de tennis et les clubs sont pleins, mais seules les personnes intéressées par la compétition s'inscrivent chez nous. On ne perçoit donc que trop peu dans les chiffres la progression de la pratique tennistique. L'effet est différent en Flandre où les pratiquants s'affilient plus régulièrement sans jouer en compétition.» Les chiffres montrent à cet égard que l'évolution est proportionnellement la même de chaque côté de la frontière linguistique, même si la VTV compte quasiment le double d'affiliés par rapport à l'AFT...

4 Pas que chez les jeunes... Contrairement aux idées reçues, l'augmentation du nombre de membres des fédérations de tennis n'augmente pas de manière significative chez les jeunes en regard de cette même augmentation chez les adultes. La fièvre baptisée Justine et Kim ferait-elle courir les plus âgés?

© Les Sports 2003