Tennis

Il doit être l'un des premiers à avoir repris. Alors que les Russes et les Argentins disputeront encore la finale de la Coupe Davis, ce week-end à Moscou, pour clore définitivement la saison 2006, Olivier Rochus (ATP 36) a déjà entamé sa préparation pour l'année 2007. Après une petite semaine de vacances avec sa compagne Jessica en République dominicaine, il vient de disputer, le week-end dernier, à Luxembourg un tournoi exhibition en compagnie du Tchèque Tomas Berdych, du Suédois Robin Soderling et du Grand-Ducal Gilles Muller.

"Je n'ai pas eu beaucoup de vacances, une semaine ce n'est pas grand-chose, mais le tennis me manque vite", sourit-il. "J'ai tapé la balle pour la première fois jeudi dernier avec Julien (NdlR : Hoferlin, son coach). J'étais content d'être sur le terrain. Vous savez, j'adore jouer. Alors, le fait de ne p as avoir effectué une grande coupure ne me pose pas de problème."

"J'ai mieux joué en 2006"

Olivier Rochus se montre satisfait de sa saison 2006. Rentré dans le Top 30 l'année précédente, l'Auvelaisien a, dans l'ensemble, réussi à confirmer ses progrès. Il a certes rétrogradé de quelques places au classement par rapport à l'année précédente, il a également perdu son rang de numéro un belge au profit de son copain Kristof Vliegen (ATP 31), mais il a su faire preuve d'une belle constance, raflant son deuxième titre sur le circuit à Munich et ramenant l'équipe belge de Coupe Davis dans le Groupe mondial.

"J'ai mieux joué en 2006 qu'en 2005", explique-t-il. "Cela peut paraître paradoxal, vu que j'ai perdu quelques places au classement, mais j'ai vraiment affiché un bon niveau de jeu durant l'ensemble de la saison. Pour le même prix, j'aurais pu finir 25 e ou même 20 e au lieu de 35 e . J'ai perdu quelques matches très accrochés, notamment contre Federer à Halle, contre Nadal à Marseille ou encore contre Nieminen à Auckland et à Rotterdam. Sur une ou deux bal les, j'aurais pu prendre 300 à 400 points supplémentaires. Mais bon, je suis content. J'ai gagné deux tournois, Munich et le Challenger d'Orléans, et j'ai vécu une superbe aventure en Coupe Davis."

Olivier Rochus entamera sa saison 2007 au tournoi de Doha, au Qatar, le 1er janvier. Ensuite, il se rendra à Auckland, un endroit qui lui a bien réussi ces deux dernières années, avant de disputer l'Australian Open, la première levée du Grand Chelem du calendrier. Le puîné de la famille sait, en tout cas, ce qu'il veut réaliser la saison prochaine. Il tient ainsi le Top 20 dans le viseur.

"J'ai le potentiel pour encore grimper de quelques places. Je pense que je ne suis pas là par hasard et j'aimerais m'approcher du Top 20. Il faut parfois un peu de chance. L'essentiel sera de continuer à afficher la même attitude. C'est ma combativité ainsi que mon enthousiasme qui m'ont permis d'arriver là et, surtout, d'y rester. Il n e faut pas que je perde cette envie de me battre et de m'amuser. Je sais que je dois être à 100 pc, sans quoi mon jeu dégringole vite."

Pas un grand fan de foot

Entre-temps, cela dit, l'Auvelaisien aura tout de même l'occasion de se changer les idées d'ici là. Ce mercredi soir, ainsi, il participera à Tubize, pour la bonne cause, avec les meilleurs tennismen belges, anciens et actuels, à un match de... football de gala contre les Diables Rouges de la génération Mexico 1986. Même s'il ne possède aucun souvenir de leur exploit en Coupe du Monde, vu qu'il était à peine âgé de 5 ans et demi, il se réjouit de les rencontrer.

"J'ai beaucoup tapé dans le ballon quand j'étais au Centre AFT de Mons mais je ne suis pas un grand fan de foot. Je ne regarde pas les résultats du championnat chaque semaine et je ne suis pas supporter d'un club en particulier, au contraire de certains qui sont derrière Anderlecht ou le Standard. Je ne pourrais même pas dire contre qui les Diables avaient perdu en demi-finale au Mexique (NdlR : l'Argentine de Maradona), tant ma culture dans ce domaine est peu fouillée. Je connais néanmoins quelques noms, comme celui de Pfaff. On va tâcher de ne pas être trop ridicule", sourit-il. "Ce sera surtout un agréable moment de détente. Il paraît que je vais jouer demi-défensif, sans doute parce que j'ai une bonne condition physique. J'espère en tout cas que si on doit me mettre sur un flanc, ce sera du côté droit car je n'ai pas de pied gauche..."

© La Libre Belgique 2006