Tennis C’est paradoxal. C’est peut-être même typiquement belge. Nos joueurs de tennis ont tous été éduqués sur terre battue, mais c’est pourtant sur gazon que la plupart d’entre eux se sentent le plus à l’aise. Xavier Malisse (ATP 60) l’a encore prouvé mardi à Rosmalen en réussissant à couper l’herbe sous le pied de David Ferrer (ATP 4), le tout récent finaliste de… Roland Garros, au premier tour. Le Courtraisien s’est imposé 7-6 (7/3) et 6-3 au terme d’un excellent match.

Xavier Malisse, mais aussi Kirsten Flipkens, Olivier Rochus et Steve Darcis vous le diront tous. Le gazon est leur meilleure surface. Pourtant, aucun d’entre eux n’a encore remporté de titre sur herbe. Le petit Auvelaisien a même décroché ses plus beaux succès sur terre battue, à Palerme en 2000 et à Munich en 2006, sans oublier sa victoire en double à Roland Garros en 2004 avec le Courtraisien. Pourtant, le gazon est bel et bien le terrain de jeu qu’ils apprécient le plus.

Petites causes…

Alors pourquoi l’herbe est-elle plus verte pour les Belges ? Pour trois raisons principalement.

La première est qu’ils ne sont pas les plus grands, par la taille. Xavier Malisse et Yanina Wickmayer sont les seuls qui dépassent le 1,80 m. Et tout le monde sait que sur terre battue et sur dur, les balles giclent pour rebondir très haut, ce qui ne facilite pas le contrôle. "Sur gazon, les balles m’arrivent toujours à hauteur de hanche. Cela fait toute la différence", nous a un jour expliqué Olivier Rochus, finaliste à Newport en 2010 et 2011 et huitième de finaliste à Wimbledon 2003.

La deuxième est que les joueurs belges ne sont pas les plus costauds. Ils n’ont pas le physique des Djokovic, Nadal et Murray ou, chez les dames, d’une Serena ou d’une Azarenka. Et sur le gazon, les matches ne durent pas cinq heures, sauf si vous vous appelez John Isner et Nicolas Mahut. "Je peux obtenir bien plus de points avec mon service sur gazon et mon slice est plus efficace", nous a glissé Kirsten Flipkens, qui avait battu Samantha Stosur et Roberta Vinci l’an dernier en route vers une demi-finale à Rosmalen.

Enfin, la dernière est qu’ils ont tous une bonne main, comme l’on dit dans le jargon. Xavier Malisse n’est-il pas considéré, même par Roger Federer, comme l’un des joueurs les plus talentueux du circuit ? Et ce toucher de balle vient à point nommé pour dompter une surface où les faux rebonds sont légion. "C’est vrai que nous n’avons guère de courts en gazon en Belgique, mais moi j’aime bien. Si on a un bon service et du toucher, on peut briller sur gazon", confia le Courtraisien, dont le résultat le plus marquant reste une demi-finale à Wimbledon même en 2002.

Et Wimbledon, justement, c’est dans moins d’une semaine…