Tennis

Petit récapitulatif non-exhaustif des moments forts de cette entame de finale de Coupe Davis entre Goffin et Pouille.

L'ambiance se révélait déjà chaude, si ce n'est bouillante, à l'arrivée des équipes sur le terrain. Lors des hymnes nationaux, on a même été étonné d'entendre de nombreux supporters belges entonner la... Marseillaise. Après avoir chanté la Brabançonne, bien entendu. Histoire de ponctuer leur tour de chants en beauté, la bande de joyeux drilles lançait une impro à Filip Dewulf, ancien demi-finaliste de Roland-Garros en 1997 reconverti comme journaliste, qui était assis quelques sièges devant eux.

Dans les gradins, le magnifique tape noir-jaune-rouge au genou de Goffin ne laissait pas indifférent les supporters belges qui y voyaient un symbole de victoire.

© DR
Lors du premier set, l'atmosphère était électrique, Goffin et Pouille se livrant une bataille emplie de points gagnants. Le public appréciait et donnait de la voix, notamment au changement de côté à 4 jeux à 3. Frissons...



Benneteau pleure, Bemelmans et De Loore rient

L'image est terrible, dure, comme l'est le sport de haut niveau et la compétition. Julien Bennetau, non-sélectionné parmi les quatre joueurs de cette finale, était en larmes lors de la montée de l'équipe sur le court.

On le voit être réconforté par Nicolas Mahut, l'autre joueur laissé en dehors de l'équipe.


On a également apprécié les regards complices ponctués d'un fou-rire entre nos représentants du double Bemelmans et De Loore entre deux encouragements nourris à l'adresse de Goffin.

A l'issue du deuxième set remporté par Goffin, certains observateurs n'hésitaient à tirer des conclusions, pour le moins radicales...

Le premier acte fut remporté par Goffin sur un ace autoritaire. Une balle de set à (re)voir ci-dessous...