Les `remplaçantes `de Kim et Justine

Miguel Tasso Publié le - Mis à jour le

Tennis

Ivo Van Aken, capitaine de l'équipe belge de Fed Cup, suit d'un oeil très attentif ce tournoi de la Communauté française sur les courts du Royal Léopold Club. Et pour cause: la semaine prochaine, la Belgique affrontera l'Italie en match de deuxième tour. Et faute de pouvoir compter sur les services de Justine Henin et de Kim Clijsters, il se doit de prendre le pouls des autres forces vives du tennis féminin national. `Les forfaits de Justine et de Kim sont, bien sûr, regrettables. Mais nous ne nous déplacerons pas à Bologne pour faire de la figuration...´

Els Callens, Laurence Courtois, Caroline Maes et Elke Clijsters (la petite soeur de Kim) ont été sélectionnées pour ce voyage transalpin. `Sur le papier, les Italiennes, emmenées par Silvia Farina, Rita Grande et Francesca Schiavone, sont nettement plus fortes. Elles joueront, en plus, à domicile, sur terre battue. Mais il faut y croire...´

Els Callens en leader

C'est Els Callens qui sera l'incontestable leader de l'équipe belge.

`Elle a prouvé, à Wimbledon, qu'elle était en pleine forme. Il faudra, bien sûr, qu'elle s'adapte à la surface. Mais elle en est parfaitement capable...´ Logiquement, l'Anversoise jouera les deux simples et, probablement, le double. `Elle a, pour elle, l'expérience de la compétition. Et, dans un bon jour, elle peut battre n'importe qui, même sur terre battue...´ Ce mercredi, sur le central du Léo, Els Callens affrontera l'Espagnole Marta Marrero, une redoutable joueuse sur brique pilée. Il s'agira d'un excellent test à dix jours du duel de Bologne.

Ivo Van Aken n'a pas encore tranché concernant la titulaire de la deuxième place en simple même si Elke Clijsters semble avoir une petite longueur d'avance. La petite soeur de Kim jouera, cet après-midi, à Uccle, face à l'Allemande Martina Muller. Là aussi, ce sera un match riche en enseignements.

Ivo Van Aken le répète, la Belgique n'ira pas faire de la figuration en Italie: `Nous nous déplacerons à Bologne avec le même état d'esprit qu'à Moscou, en 2000, lorsque nous avions créé la surprise en battant la France et la Russie. Les Italiennes auront la pression sur les épaules. Et nous jouerons sans complexes, sans penser aux résultats mais en étant le plus professionnel possible. Un match doit toujours être joué...´

Avec Kim et Justine, il est clair que le contexte aurait été très différent.

© Les Sports 2002

Miguel Tasso