Tennis Qualifiée pour les quarts de finale à Istanbul, la jeune Louvaniste a bien digéré ses exploits du week-end passé en Fed Cup.

Elles étaient trois Belges au tableau final à Istanbul. Après les défaites de Maryna Zanevska (1er tour) et de Kirsten Flipkens (2e tour), il ne reste plus qu’Élise Mertens au stade des quarts de finale. L’héroïne de la qualification des Belges contre les Russes en Fed Cup la semaine passée a dicté sa puissance face à la finaliste de Roland-Garros en 2012, Sara Errani retombée à la 110e place. La Louvaniste a eu besoin de 2 h 45 pour venir à bout de l’Italienne 7-6 (7/3), 3-6, 6-3.

"Ce fut un match difficile. Dans le premier set, j’ai pris l’avantage avant qu’elle ne le prenne à son tour. Finalement, je suis repassée devant, mais nous avons eu besoin d’un tie-break pour nous départager. Les jeux étaient tous accrochés. Dans la deuxième manche, j’ai commis plus de fautes. J’ai finalement retrouvé mon agressivité dans le set décisif. À 4-0, je me suis un peu relâchée, mais je suis revenue au mental. Errani est une joueuse difficile à manœuvrer car elle ne donne pas de vitesse à sa balle. En plus, elle possède une très grande expérience."

Si elle a dû puiser dans ses ressources physiques, Élise Mertens s’est aussi appuyée sur ses facultés mentales. La semaine de Fed Cup en Russie lui avait fait le plus grand bien. "Avec les joueuses, Dominique (NdlR: Monami, la capitaine), et mon entraîneur, nous avons vraiment vécu de grands moments. C’était comme dans un rêve."

À la différence près que ses trois victoires en deux jours face à des joueuses du Top 20 appartiennent à la réalité. Grâce à la Louvaniste, la Belgique a retrouvé le Top 8 mondial.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.