Tennis Le Liégeois affronte Dominic Thiem en huitièmes de finale.

"David, c’est ma bête noire."

Voilà ce que Dominic Thiem a lâché en évoquant son prochain duel face au Liégeois. Il venait de disposer de Robin Haase en deux petits sets (6-3, 6-2) mais cela ne lui donnait pas forcément plus de confiance avant de défier son meilleur pote. L’Autrichien voulait quand même tenter de se donner un peu plus d’espoir alors il trouva du réconfort dans l’ocre : "Le seul avantage pour moi là est que c’est sur terre battue où je l’ai déjà battu deux fois."

En effet, il avait eu le dernier mot en finale de Gstaad en 2015 (7-5,6-2) et en quarts de finale de Roland-Garros 2016 (4-6, 7-6 (7), 6-4, 6-1). Et c’est sans le moindre doute sa meilleure surface, celle où son lift gicle et peut le transformer en cauchemar pour l’adversaire.

Mais Goffin mène 5-3 dans leurs duels et a incontestablement un petit avantage psychologique dans cette rivalité. Jeudi, en troisième rotation du court des Princes, le Belge jouera déjà un match très important de sa saison sur terre battue alors qu’il y nourrit de fortes ambitions. Thiem est un rival direct pour toutes les grandes choses à faire sur ocre cette saison, d’où l’intérêt de garder la main.

Le 13e mondial a pour lui sa solidité, sa précision et son endurance à opposer à la fougue adverse. Il devra en revanche veiller à ne pas trop laisser le 9e mondial dicter la cadence sous peine de ne plus pouvoir calmer la tempête. "Je me sens très bien, les sensations sont bonnes, tout va bien", déclarait Goffin, dont la transition avec la terre battue a pour l’instant été excellente, après sa victoire face à Nicolas Almagro mardi soir, concédant qu’il devrait mieux entrer dans le match au prochain tour. On va vite voir à quel point il est déjà prêt au défi sur terre battue.