Tennis

David Goffin s'est qualifié pour les demi-finales du tournoi de tennis de Monte Carlo, épreuve ATP sur terre battue dotée de 4.273.775 euros.

Le Liégeois, 13e mondial et 10e tête de série sur le Rocher, s'est imposé en quarts de finale en trois sets 6-2, 3-6, 7-5 face au Serbe Novak Djokovic, numéro 2 mondial et 2e tête de série du Masters 1000 monégasque.

La partie avait bien commencé pour le numéro un belge, qui s'était adjugé le 1er set 6-2. Djokovic enlevait ensuite le 2e set et s'isola à 4-2 dans la dernière manche. Goffin remontait alors son adversaire pour aller mener 6-5 et s'offrir ses deux premières balles de match. Il eut finalement besoin de quatre balles de match pour vaincre l'ancien numéro un mondial au bout de 2 heures et 37 minutes.

C'est la première fois en six confrontations que David Goffin, 26 ans, parvient à battre Novak Djokovic, 29 ans. Leur unique précédent duel sur terre battue avait eu lieu en 2013 à Roland Garros, où Goffin s'était incliné 7-6 (7/5), 6-4, 7-5.

David Goffin se retrouve pour la première fois dans le dernier carré à Monte Carlo, son premier tournoi sur terre battue de la saison. Il va disputer sa 3e demi-finale de Masters 1000 après Indian Wells et Miami l'année dernière.

En demi-finales, Goffin affrontera le vainqueur du quart entre l'Espagnol Rafael Nadal (ATP 7/N.4) et l'Argentin Diego Schwartzman (ATP 41), qui a lieu vendredi en début de soirée.

L'autre demi-finale opposera le Français Lucas Pouille (ATP 17/N.11) à l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas (ATP 24/N.15).

Pouille rejoint Ramos en demi

Le Français Lucas Pouille, 17e joueur mondial, a écarté l'Uruguayen Pablo Cuevas (27e) en trois sets (6-0, 3-6, 7-5) vendredi pour rejoindre l'Espagnol Albert Ramos (24e) en demi-finales du Masters 1000 de Monte-Carlo.

Pouille atteint pour la deuxième fois le dernier carré dans cette catégorie de tournoi, près d'un an après sa défaite en demi-finale à Rome face au Britannique Andy Murray.

Bourreau du N.3 mondial Stan Wawrinka, Cuevas n'a pas existé dans la première manche. Mais le spécialiste de la terre battue, titré pour la troisième année consécutive à Sao Paulo, a ensuite retrouvé son jeu et Pouille a baissé de régime.

A l'issue d'un match décousu et longtemps indécis, le Français s'est sorti d'une situation délicate. Il a débreaké alors que son adversaire était à deux points du match dans la dernière manche (à 5-4). Puis a effacé une balle de break sur le jeu suivant avant de faire craquer son adversaire.

Le grand espoir du tennis français aura une carte à jouer en demi-finale car le "terrien" Albert Ramos est novice à ce stade d'une telle compétition, située juste en dessous des tournois du Grand Chelem.

Au lendemain de sa "remontada" contre le N.1 mondial Murray, le Catalan de 29 ans a ajouté le Croate Marin Cilic (8e), lauréat de l'US Open 2014, à son tableau de chasse (6-2, 6-7 (5/7), 6-2).

Dans ce match inégal aussi, Ramos a été le plus opportuniste et a surtout commis moins d'erreurs (28 fautes directes contre 57). L'Espagnol a confirmé les progrès entrevus l'an passé sur terre battue.

Pour la première fois quart-de-finaliste à Roland-Garros, il avait ensuite obtenu son premier titre sur l'ocre de Bastad (Suède).

Rafael Nadal complète le dernier carré

Le tenant du titre Rafael Nadal s'est qualifié pour les demi-finales du Masters 1000 de Monte-Carlo en dominant l'Argentin Diego Schwartzman, 41e joueur mondial, en deux sets (6-4, 6-4).

Le Majorquin (7e), en quête d'un dixième trophée en Principauté, a un horizon encore plus dégagé après l'élimination de Novak Djokovic (N.2 mondial), vaincu par le Belge David Goffin (13e) en trois sets (6-2, 3-6, 7-5).

L'élimination du Serbe s'ajoute à celles d'Andy Murray (N.1) et de Stan Wawrinka (N.3).

Nadal n'a pas failli, lui, au lendemain de sa démonstration contre le prodige allemand Alexander Zverev (6-1, 6-1) sous un soleil éclatant. Les conditions étaient bien différentes cette fois-ci.

Après les nuages mercredi, un ciel dégagée donc vendredi, l'Espagnol a joué en nocturne une bonne partie du match, "des conditions complètement différentes", avec "beaucoup de vent" qu'il était heureux d'avoir su gérer.

"Diego jouait vraiment très bien. C'était un match très difficile", a commenté le Majorquin qui a attendu la fin du match montrer son meilleur visage.

Il a mené 2 jeux 0 dans la dernière manches mais Schwartzmann s'est rebellé, inscrivant les 4 jeux suivants.

Sur une terre plus lourde, la balle du Majorquin giclait moins haut, mais il a su resserrer les boulons dans les moments-clés et pousser son adversaire à la faute. Schwartzman a fini par lâcher le morceau.