Tennis L’Espagnol, impressionnant, s’est imposé dimanche en finale face à Thiem.  

Rafael Nadal a rajeuni. Au bord de la rupture depuis deux ans, l’Espagnol a retrouvé la forme de ses grandes heures depuis le début de l’année mais surtout depuis le lancement de cette saison sur terre battue. Car depuis Monte-Carlo, il a enfin retrouvé son fameux coup droit mais aussi son service. Et ça change beaucoup de choses.

Face à Dominic Thiem, il a toujours trouvé la parade pour ne pas casser quand l’orage tonnait, a refait un break de retard (1-3) avant de finir par arracher une première manche exceptionnelle à sa cinquième occasion.

Un seul regret dans ce set et finalement dans ce match pour l’Autrichien qui disputait sa première finale de Masters 1000 : cette balle de premier set où il a eu la balle courte pour boucler l’affaire mais n’a pas osé y aller.

Face à ce Nadal-là, il n’y allait pas y avoir d’autre vraie chance. Impossible à déborder, capable de trouver tous les angles, de nouveau un poison avec son revers, Rafa a sorti le grand numéro jusqu’à la victoire finale (7-6 (8), 6-4).

Quinzième victoire sur terre battue en 2017

À sa quatrième balle de match, à genoux sur le central, et sous les yeux de l’ancienne star du football brésilien, Ronaldo. Se sentir de nouveau si fort sur son coup droit détend sa tête et ses plans de jeu : on voit sur son visage une sérénité et une détermination implacables. Et voilà comment il a donc décroché son 30e titre en Masters 1000, égalant le record de Novak Djokovic.

Ce cinquième titre à Madrid est son 15e match sur ocre gagné de la saison, avec 30 sets conquis sur 32 disputés. Grâce à ce titre à domicile, il déloge aussi Roger Federer de la quatrième place du classement mondial.

Le jackpot total pour le matador, et depuis des semaines. A Rome la semaine prochaine il aura l’occasion de rafler tous les grands titres de cette saison sur terre battue. Et, quoi qu’il arrive en Italie, il sera infernal à défier à Roland-Garros. La décima à Paris, il ne rêve que de ça.